Ce que j’en ai pensé…

 

(diffusion fr)

 

Deux très bons épisodes centrés sur deux personnages, Steve (par l'intermédiaire de sa sœur Mary) et Max. Ceci-dit, celui sur Max était plus intéressant en termes de découvertes sur le passé d'un protagoniste car c'était bien la première fois qu'on le voyait véritablement en personnage principal et non plus en pseudo personnage crédité au générique mais qui, en définitive, n'apparaissait que dans très peu de scènes et épisodes.

 

Hawaii kalele

 

Sur le 2*19, en vérité, la sœur de Steve n'était qu'un prétexte pour démarrer l'intrigue. C'était sympathique de la revoir encore une fois dans le pétrin (la miss catastrophe, en gros) puis secourue par son chevalier servant de frère. Bien qu'en réalité son rôle s'avérait secondaire voire presqu'inutile, sauf lors de belles scènes familiales avec Steve, l'enquête en elle-même était très satisfaisante. Palpitante, avec des rebondissements et marquée par le retour de deux personnages familiers. A commencer par le flic des affaires internes (Fryer), puis celle du policier (Kaleo) qui avait tué l'ancien collègue de Danny. Fryer m'impressionne toujours par son côté « méchant flic » au sang chaud toujours prêt à bondir et sans aucune pitié verbale pour les criminels. Il a beau avoir un caractère discutable par certains moments, cela contribue à lui donner de l’épaisseur et à le rendre intéressant. Il est un second rôle qui existe, s'affirme et on se souvient de lui, ce qui n’est pas plus mal. On s’y attache même. Il n'est pas là uniquement pour faire de la simple figuration, puisqu’il est toujours actif dans l’enquête. Ensuite, on revoyait le flic ripoux, toujours ripoux et qui aggravait même son cas. Ce que j'aime bien dans Hawaii, c'est que cette série nous fait revenir de temps à autres des personnages qu'on a vus lors d'une précédente enquête. Peut-être est-ce du au fait que le tournage à Hawaii ne permet pas un turnover d’acteurs illimité, mais c'est intéressant et agréable de voir les héros composer à nouveau avec des criminels qu’ils ont coffrés et de vielles connaissances. Il ne s'agit pas simplement de boucler une investigation en arrêtant un méchant qu'on ne reverra plus jamais. Il arrive de temps en temps qu'on doive le recroiser lors d'une nouvelle affaire, parce que ce méchant détient des clés, et j’apprécie cet aspect de la série.

 

L'affaire était vraiment sans temps mort : on passait d'un kidnapping à une course contre la montre, on assistait à un vol de diamants remettant tout en question, on bifurquait sur la piste d'un ancien flic ripoux en même temps qu'on suspectait un retraité sorti de prison. Enfin, on découvrait une histoire de diamants de sang et on comprenait la supercherie (le kidnapping n'était qu'une mascarade). Vraiment, cet épisode était enlevé. Après, peut-être ai-je trop regardé la télévision ou peut-être suis-je de nature trop méfiante, mais je ne faisais pas tellement confiance au vieux papi (le retraité cité plus haut). Quand on entendait la présentation que le flic des affaires internes faisait, on ne pouvait que rester sur ses gardes. Finalement, mes doutes étaient bien fondés. A la longue, on va finir par se méfier de toutes les personnes du troisième âge... Et j'espère qu'on pourra le revoir un de ces jours...

 

Enfin, que serait Hawaii 5-0 sans son habituelle touche d'humour ? J'ai adoré les cachotteries de l'équipe pour l'anniversaire de Steve, et surtout la forme du gâteau. Une grenade, ça a le mérite de sortir de l'ordinaire ! Toujours des moments de complicité entre les membres de cette équipe, et leur association aux enquêtes rythmées ne peut que me réjouir !

 

hawaii max

 

J'ai beaucoup aimé l’épisode 2*20 « Ha’alele », plus sombre, mais plus touchant dans la mesure où il renvoyait au passé de Max qui, je trouve, est un personnage encore bien timide. Certes, il se démarque des autres par son attitude souvent déconcertante, mais il reste toujours en retrait, et ce, malgré le fait qu'il figure au générique. Cet épisode lui rendait ainsi, d'une certaine façon, justice. On y apprenait de bien tristes choses sur sa vie, sa mère, tout en suivant une enquête sur des meurtres en série bien menée. Ajoutez à cela un homme condamné à tort pour apporter une seconde touche d’émotion, et l'épisode était réussi.

 

L'enquête n'était pas ponctuée par une multitude de retournements de situation et honnêtement, tant mieux, pour cette fois-ci. Elle était surtout centrée sur les conséquences émotionnelles de l’affaire sur Max et l'homme innocent auquel Max apportait son soutien. Le mobile du tueur en série était intéressant, et contrairement à Esprits Criminels, les héros, inspecteurs de police, se sont débrouillés comme des chefs, sans l'aide de profilers, et sans l'aide de leur chef Steve parti à la recherche de Joe. C'est là qu'on se rend compte, avec dérision, que le concept d'Esprits Criminels devient caduque... C'est vrai, j'exagère un peu. Les profilers ont leur légitimité dans la vie réelle, mais dans la vie télévisuelle, apparemment, les policiers « ordinaires » s'avèrent aussi compétents. Hawaii nous a aussi bien bluffés, en nous offrant des plans sur l'homme en retrait dans l'église, entendant la conversation entre le directeur (je vais l'appeler comme ça car je ne me souviens plus très bien de sa profession). Là, on se demandait pourquoi on avait droit à ces images et on soupçonnait aisément cet individu (dont je ne me rappelle plus le statut). Et à la fin, non, en fait, le coupable était le directeur ! Et très bonne scène de tension, danger, pour Max, bien qu'on imaginait aisément qu'il allait s'en sortir. J'avoue cependant que Max s'est libéré très facilement et rapidement de ses cordes, voire un peu trop, et donc le coup du méchant qui s'en va voir ce qui se passe parce qu'il entendu un bruit et qui revient et se fait tuer par Max était un peu too much. Mais bon, en quarante deux minutes, on est souvent amené à recourir à des raccourcis, faute de temps, et donc on ne va pas en tenir rigueur. Dans sa globalité, et par rapport à la saison deux (du moins, jusqu'à cet épisode) cet épisode reste une page marquante. Par son sujet, son traitement et ses répercussions dans la vie personnelle de Max. Un volet plus subtil qui laissait une part belle à l’émotion et le sentiment d’injustice (pour le condamné à tort).

 

Pour finir:

Mes + : Le 2*19 : L’affaire du gâteau/ L’intrigue. Le 2*20 : Un volet centré sur Max/ L’intrigue

Mes - : Quelques raccourcis (le tueur dérangé par un bruit et Max qui se libère de ses liens pendant l’absence du tueur)

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK