31 juil. 12

BANDES ANNONCES (31/07/2012)

 

Bunheads

Episode 1*08 “Blank Up”

 

Royal Pains

Episode 4*08 “Manimal”

 

Teen Wolf

Episode 2*11 “Battlefield”

 

Warehouse 13

Episode 4*03 “Personal Effects”

Posté par VK Serie à 18:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


30 juil. 12

HAWAII FIVE-0, EPISODE 2*22, “UA HOPU”

Quand McGarrett se la joue Lost avec Wo Fat…

 

(diff fr)

 

Ce volet fut sans conteste un des meilleurs épisodes de la saison, bourré d’action et de danger pour nos héros, ainsi que de retrouvailles pas forcément joyeuses accompagnées de révélations étonnantes. Tout commença par l’arrestation de ce cher Wo Fat (enfin !) par Steve. Une arrestation musclée avec des policiers armés jusqu’aux dents et sanglante à cause de la découverte dans la salle de bain. On retrouvait avec plaisir McGarrett  (il nous avait manqué, celui-là) qui ne manqua pas de se faire engueuler par Danny. Leurs échanges verbaux très colorés commençaient à me manquer et donc ce fut avec plaisir que je les revis se chamailler dans la fraternité. Evidemment, sinon l’épisode n’aurait eu aucun intérêt, le transfert de Wo Fat du Japon vers Hawaii ne se fit pas sans quelques problèmes. A noter un crash d’avion en pleine forêt sur une île d’où sortirent étrangement indemnes les ennemis jurés Steve et Wo Fat, tandis que leur compagnons de vol périssaient tous, pour faire monter l’intensité dramatique d’un cran. Vous remarquerez que c’est toujours le même tableau (dans un grand nombre de séries) : les deux ennemis jurés sont quelque part avec d’autres personnes, puis un terrible accident survient et bizarrement, les deux ennemis sont les seuls survivants, mais doivent bientôt collaborer pour affronter d’autres ennemis redoutables… Bien sûr, Wo Fat essayait de s’échapper, mais Steve l’en empêchait lors d’une très bonne et violente lutte au corps à corps jouissant d’une remarquable chorégraphie, pendant que le reste de l’équipe enquêtait sur la mort d’un agent de la CIA. Et comme le destin fait bien les choses, toutes les histoires se recoupent…

 

hawaii

 

L’épisode proposait un bon mélange de suspens et d’action. Il installait également une atmosphère digne de films d’espionnage avec les mésaventures de Danny et ses rendez-vous secrets. Il mettait Kono dans une position délicate, partagée entre son amour pour Adam et les indices menant droit à lui et son organisation. En passant, la révélation de l’identité du petit ami de Kono fut une surprise. Je ne m’y attendais pas du tout ! Décidément, on ne choisit pas celui dont on tombe amoureuse… Cette relation est à la fois étonnante et intéressante, puisque les deux amants n’évoluent pas vraiment dans le même milieu et n’ont donc pas forcément les mêmes objectifs… Ce qui fut le cas dans ce chapitre. Heureusement, Adam ne commettait pas l’irréparable en tuant Wo Fat. Admirez ainsi le timing parfait où Steve et Wo Fat, le 5-0 et les yakuzas arrivent tous en même temps sur la piste d’atterrissage ! Mais tout se finit bien, ou presque (le petit amis de Kono est arrêté), et le 5-0 est à nouveau réuni. Pendant ce temps, Wo Fat est enfin en prison, après avoir échappé à la justice tant de fois, ce qui risquait de lasser le spectateur à la longue et d’ailleurs, on se perdait un peu dans tous les éléments sur son passé éparpillés au cours de la série. En définitive, ce numéro était fluide, sans temps morts, et on restait scotché devant sa télévision pour un peu plus de quarante très bonnes minutes.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 15:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

NCIS : LOS ANGELES, 3*16 & 3*17, "Blye, K"

The Blyes’ secrets…

 

(diff fr)

 

Kensi 1

 

Un double épisode intéressant sur le personnage de Kensi Blye. On découvrait, en même temps que l’héroïne, la vérité sur son père, son unité spéciale, sa relation avec Granger. On apprenait la raison de la venue à Los Angeles de Granger, à savoir enquêter sur la mort des anciens coéquipiers du père de Kensi, jusqu’au point de la soupçonner ! Un chapitre amplement centré sur l’agent Blye, ce qui fut agréable à suivre et qui permettait de se changer de l’éternelle vie mystérieuse de Callen.

 

Par contre, le départ de l’intrigue ne fut pas sensationnel. La première partie était moins palpitante que la seconde partie. Dans la première, Kensi avait l’air de tourner en rond, de ne pas faire grand-chose à part rester dans la salle d’interrogatoire et dans la chambre d’hôtel, jusqu’au moment où elle s’en échappe, mais c’est bien l’une des rares fois où elle faisait vraiment quelque chose par elle-même. A noter une ambiance rendez-vous secret avec Hetty digne d’un film d’espionnage. Kensi était beaucoup plus active, entreprenante, déterminée et enragée dans la deuxième partie. D’ailleurs, le second volet nous offrit une excellente bagarre entre Kensi et Clairmont. A côté de l’action, cet épisode nous montrait une Kensi sensible, secouée par la vérité, gênée vis-à-vis de sa mère et regrettant son attitude passée envers sa elle. On voyait Kensi sous ses deux jours : la Kensi en mode warrior qui n’a peur de rien et la Kensi dans l’émotion et la nostalgie. Deux belles facettes de la jeune femme qui changeaient du simple côté agent fédéral du NCIS. Deux belles scènes de celle-ci à la plage et avec sa mère. On notait également une très belle complicité avec Deeks, ne manquant toujours pas d’humour, et si d’habitude ses remarques ont le don d’exaspérer Kensi, en ces circonstances, ils lui apportent le sourire, un moment de pause dans toute cette confusion. J’ai adoré la réplique de Deeks dans le premier volet sur le fait qu’il devait dire un truc hyper profond sur la vie et qu’il lit finalement sur son papier « tout ira bien » (ou une courte phrase de ce genre). Ils forment un beau duo et on remarque que Deeks connait sa coéquipière par cœur, cf. le passage avec le mot de passe. C’est à la fois touchant et admirable qu’il se préoccupe d’elle, qu’il y ait un lien profond entre eux, mais en même temps un peu flippant, vu que Deeks en vient jusqu’à deviner en un seul coup le mot de passe ! En ce qui concerne Sam et Callen, ils avaient l’air un peu plus éloignés de Kensi par rapport à Deeks. Il y avait comme une certaine distance entre eux, quand bien même ils se connaissent depuis plus longtemps (par rapport à Deeks). Malgré tout, Callen et Hanna sont là pour innocenter Kensi et la sortir de sa situation étriquée.

 

kensi 2

 

Le deuxième volet était nettement plus relevé et intéressant que le premier, et même que j’avais l’impression que Kensi était beaucoup plus mise en valeur dans le deuxième, le premier étant principalement centré sur l’enquête, les pistes autour de la mort de l’unité du père de Kensi. J’ai aussi aimé l’attitude de Granger. Même si au début, il pense que Kensi est la meurtrière, il ne se montre pas totalement borné au point de vouloir absolument ne retenir que cette hypothèse et rejeter toutes les autres. Il s’appuie au début sur des indices, des coïncidences troublantes qui l’amènent logiquement à s’intéresser à Kensi, mais sans pour autant s’acharner corps et âme à la faire couler coûte que coûte. Il reste stoïque (tout en entretenant un certain mystère autour de lui), et ensuite, au fur et à mesure de l’enquête et des nouvelles informations, il accepte sans rechigner les faits. Exit Granger, il y a cependant un détail qui m’a perturbée dans la seconde partie : comment se fait-il que Kensi et Deeks discutent tranquillement dans la maison de la mère de Kensi sans que celle-ci ne s’en aperçoive ? J’adore comment Kensi et Deeks entrent dans le garage l’air de rien et papotent comme s’ils papotaient au bureau et qu’ils ne sont pas surpris… Il y a aussi NeIl en mode agent de terrain qui m’a surprise. Habituée à la voir au centre des opérations avec un clavier, j’étais un peu étonnée de la voir sur le terrain et dégainer une arme… Enfin, j’ajouterai l’histoire de Clairmont qui ne sait pas vraiment se faire discret après sa « mort ». A sa place, après avoir simulé mon décès, j’irais me réfugier dans un autre pays, ou si cela n’est pas possible, j’irais me planquer dans une ville et y exercerais un métier qui ne m’expose pas trop, du style emploi de bureau. Or, lui, il se fait engager par une grande société et réalise des missions d’envergure non négligeable qui l’amènent à se déplacer avec son équipe… Donc niveau discrétion, c’est pas vraiment l’idéal… Alors oui, c’est un militaire et donc un homme d’action, mais voilà, quand on veut que tout le monde croie qu’on est mort, il faut savoir dire adieu à certaines choses… A part quelques détails, cette histoire fut bien intéressante.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 juil. 12

INQUISITIO, 1*07 "Consensus ominum" & 1*08 "Acta est fabula"

Course contre la montre à Avignon…

 

Comme un feu d’artifice, Inquisitio s’est conclue avec un très beau bouquet final. Les héros se retrouvaient engagés dans une course contre la montre pour conter le plan machiavélique de Catherine de Sienne et Francesco, tout en esquivant l’obstacle Turenne. Il y avait également de belles évolutions de certains personnages. A noter en premier lieu celui de Barnal, qui me bouleversa lorsqu’il s’écroula en sanglots devant Samuel, dans le cachot. C’était tout simplement magnifique et émouvant de voir le grand inquisiteur, puissant, dur, tomber à genoux, brisé par le fardeau qu’il portait, la culpabilité et le bonheur d’avoir retrouvé son frère. Barnal laissait tomber son masque d’inquisiteur et devenait un simple homme tourmenté, sensible, désolé. Ce fut un moment magique. Ensuite, on le voyait choqué par la décision du pape d’Avignon à condamner Madeleine au bûcher malgré son innocence indiscutable. Barnal était bousculé dans ses croyances, sa volonté de rendre justice. Il était dans l’incompréhension la plus totale face à ce pape qui de toute évidence, ne faisait que recourir à la solution de facilité. Et Barnal finissait par se détourner de celui qu’il servait, préférant s’attirer ses foudres plutôt que de se perdre dans la soif de pouvoir. A bien des égards, Barnal fut le personnage le plus complexe et intéressant de la série. Il y avait un mélange de sévérité, et de profonde humanité en lui. Il était capable des deux extrêmes, en fin de compte. J’ai préféré ce personnage à Samuel qui s’apparentait plus au gentil de l’histoire, toujours rempli de bonnes intentions. Je ne cherche pas non plus à le dénigrer, mais personnellement, j’ai préféré Barnal justement par son côté ambigu dans ses intentions, sa façon de procéder, ses sentiments. Pour Samuel, j’ai été touchée par sa relation forte avec son père adoptif, David.

 

Le deuxième personnage à avoir fait la paix avec lui-même et son entourage fut bien sûr le grand-père d'Aurore. Ce dernier, après avoir renié purement et simplement, sans appel, sa propre petite fille, se racheta dans ces derniers chapitres. Evidemment, le réveil se fit avec l’aide des réflexions de son ami. J’étais contente de voir l'homme reprendre le « droit chemin » et sauver Aurore. Ensuite, j’étais naturellement triste de le voir être tué par Francesco et ses sbires. J’aurais voulu qu’il survive, pour accompagner Aurore et Samuel dans leur vie. Mais hélas, ce n’est pas moi qui décide… C’était quand même beau de le voir regretter son comportement et se racheter auprès de Samuel et Aurore. S’il était mort sans avoir pu le faire, j’en serais ressortie un peu amère. Quant à Silas, on le voyait un peu plus présent, en tout cas, plus présent en dehors de son maître. Dommage qu’il n’y ait pas eu de rapprochement entre Aurore et lui, cela aurait pu conduire à une évolution intéressante, quand on repense à son mensonge devant Barnal dans la cave de Samuel et en présence d’Aurore. Silas prenait enfin une initiative, même si c’était sous la menace (accompagner Madeleine au cachot, par exemple), trahissait même son maître. Mais comme tout être humain, Silas était lui aussi amené à avoir peur, et à agir comme n’importe qui aurait pu agir. Néanmoins, il fut agréable de ne pas le voir simplement comme suiveur, toujours collé à la cape de Barnal à dire « oui maître ».

 

inquisitio

 

A côté de cela, le rythme reprenait dans ces deux dernières parties. Un danger de peste, une fille malade, une sorcière rattrapée mais de nouveau en fuite, une trahison, un enlèvement, un doute, une perte de confiance, beaucoup d’éléments étaient réunis pour terminer la série en beauté. Je me surprenais à craindre le pire pour les protagonistes, à avoir mal pour Silas quand celui-ci subissait la colère de Barnal, à redouter le pire pour Pierre. Heureusement, tout est bien qui se finit bien. Samuel, Madeleine et Barnal purent finalement mettre fin aux agissements des méchants et éviter la propagation de la peste à Avignon. Maintenant, ce que je regrette, c’est de ne pas avoir pu en savoir plus sur le passé de Madeleine et Turenne. Peut-être n’était-ce pas le sujet principal, mais j’aurais été curieuse de connaître le pourquoi du comment. Dans quelles circonstances ces deux personnages s’étaient rencontrés avant d’en arriver au viol. Mais en y réfléchissant, peut-être est-ce aussi intéressant de ne pas donner toutes les clés, en définitive. Mais personnellement, j’aime bien quand on développe un personnage. J’aurais également souhaité comprendre un peu plus Silas : pourquoi il s’était tu devant Barnal alors qu’il avait vu la sorcière dans la cave de Samuel, notamment. Et j’aurais aimé comprendre la raison de l’installation de Catherine et ses complices dans l’ancienne maison de Samuel et Barnal. Etait-ce parce que la maison était la seule à ne pas être occupée dans Avignon ou y avait-il une signification particulière ? Une signification symbolique peut y être vue : c’est de cette maison que tout a commencé, et donc, cette demeure est à l’origine de tout et surtout, c’est de là qu’est partie la peste il y a plusieurs années. Sans le petit Nicolas malade, il n’y aurait pas eu ni de Samuel, ni de Barnal inquisiteur. Par conséquent, on peut dire que la boucle est bouclée. On revenait au point de départ, mais au lieu que tout se termine dans la tragédie, l’histoire trouve une fin moins noire. Il est néanmoins dommage que Barnal et Samuel ne se soient plus revus car il aurait été heureux de les revoir à nouveau réunis en tant que frères, après tant d’années de séparation, pour reconstruire leur lien et débuter ensemble une nouvelle vie.

 

En conclusion, je ne regrette pas d’avoir suivi Inquisitio. Cette série a été une réussite, et n’a rien à envier à d’autres. Elle a proposé d’excellentes intrigues jouissant de retournements de situation, ainsi que de beaux personnages.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 15:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

Inquisitio, 1*05 "Hic jacet" & 1*06 "Aura popularis"

Le temps de l’obscurité est venu…

 

inquisitio 1

 

Bien que je suive Inquisitio avec grand intérêt, je commençais à me languir devant la baisse de rythme de l’intrigue. En effet, l’expérience machiavélique de Catherine et ses complices ne connaissaient toujours pas d’application réelle, l’enquête de Barnal sur les meurtres d’hommes d’Eglise piétinait toujours. Heureusement que les cinquième et sixième épisodes relançaient la dynamique en offrant au spectateur l’invasion de Carpentras par les rats. On entrait ainsi dans une terrible nouvelle ère qui amenait de nouveaux dangers, batailles et défis. Nouveau danger : la peste. Nouvelles batailles : la volonté de Samuel à soigner les malades, sa lutte avec Barnal pour pouvoir soigner les malades. Nouveau défi : soigner les malades et endiguer l’épidémie. Le tout avec l’arrivée d’un nouveau personnage (Pierre qui m’a l’air entouré de mystère…) et le sort réservé aux juifs enfermés dans leur quartier. Je ne sais pas si cela a vraiment existé et si c’était voulu, mais la rouelle jaune m’a rappelé de suite l’étoile jaune et la fermeture des portes, le ghetto de Varsovie. Peut-être que j’y vais loin niveau comparaison, mais voilà ce à quoi j’ai pensé en regardant ces deux évènements de la série. Donc maintenant, l’histoire connaît un nouveau tournant avec de nouveaux personnages et de nouvelles stratégies peu glorieuses (comme le faux miracle, le sort de la communauté juive)…

 

Par ailleurs, Barnal a profité de ces deux épisodes pour reprendre son armure de grand inquisiteur sévère, froid. Il repart à la charge en pourchassant la sorcière, en parquant les juifs dans leur quartier sans aucune possibilité d’être soignés par Samuel. On reconnaît là l’homme que l’on avait découvert au tout début de la série, et ses moments de doute, d’émotion vus dans le quatrième volet semblent avoir été relégués avec force au second plan par son statut de grand inquisiteur. A noter que ce Barnal est vraiment invincible. Il a un savoir impressionnant, que ce soit la connaissance des plantes, des dissections, de l’hébreu, qui lui permet de comprendre toutes les supercheries. On ne peut vraiment rien lui cacher, pas même une coloration de cheveux. Il est très intelligent et est donc un adversaire redoutable ! Il montre également un paradoxe : lui, l’homme savant, s’oppose avec vigueur à une autre forme de savoir, plus scientifique, celle de Samuel, savoir qui pourrait sauver des vies. Or un homme cultivé devrait au contraire être plus enclin à découvrir de nouvelles choses, et dans son cas, Barnal refuse toute autre science car pour lui, seul compte la volonté de Dieu. Une actrice avec qui j’avais parlé de ce point avait dit à juste titre que Barnal développait cette curiosité dans l’optique de l’utiliser afin de déjouer les tours du malin. En effet, c’est logique, vue la nature de sa mission. Mais cela donne tout de même lieu à réflexion.

 

L’histoire d’amour entre Samuel et Madeleine ne m’a vraiment pas du tout intéressée… Loin de là. Alors oui, il faut un peu de bonheur dans ce monde sombre et cruel, mais bon, on pressentait dès le début qu’il allait se passer quelque chose entre les deux. A l’inverse, le personnage de Silas attire plus mon intérêt. Je me demande pourquoi il n’a pas livré Madeleine à son maître Barnal alors qu’il était avec lui et qu’il est censé être de son côté ! Le mensonge de Silas aurait pu lui coûter la vie. Je voudrais bien connaître la raison de cette mauvaise information.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 15:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


23 juil. 12

Vainqueurs des Teens Choice Awards 2012

Voici la liste des gagnants des Teens Choice Awards 2012 !

 

Catégorie Drama

Série: Pretty Little Liars

Acteur : Ian Harding (Pretty Little Liars)

Actrice : Lucy Hale (Pretty Little Liars)

 

Catégorie Science Fiction 

Série : The Vampire Diaries

Acteur : Ian Somerhalder (The Vampire Diaries)

Actrice : Nina Dobrev (The Vampire Diaries)

 

Catégorie Action

Série : CSI : Miami

Acteur : Adam Rodriguez (CSI : Miami)

Actrice : Linda Hunt (NCIS : Los Angeles)

 

Catégorie Comédie

Série : Glee

Acteur : Chris Colfer (Glee)

Actrice : Lea Michele (Glee)

 

Catégorie Série animée

Série : Les Simpson

 

Catégorie Série TV diffusée pendant l’été

Série : Teen Wolf

Acteur : Tyler Posey (Teen Wolf)

Actrice: Troian Bellisario (Pretty Little Liars)

BANDES ANNONCES (23/07/2012)

Breaking Bad

Episode 5*03 “Hazard Pay”

 

Falling Skies

Episode 2*08 “Death March”

 

Leverage

Episode 5*03 “The First Contact Job”

 

Weeds

Episode 8*05 “Red in Tooth and Claw”

Posté par VK Serie à 17:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 juil. 12

CROSSOVER NCIS / Hawaii Five-O

Lire l’article dans la catégorie Hawaii Five-0 (vendredi 20 Juillet 2012).

 

Posté par VK Serie à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

CROSSOVER HAWAII FIVE-0, 2*21 “Pa Make Loa” / NCIS : LOS ANGELES, 3*21 “Touch of Death”

A la recherche des fioles perdues…

 

(diffusion fr)

 

crossover 1

 

Ce crossover fut excellent. Notamment au niveau de l’intrigue qui proposait une succession de pistes, rebondissements, courses-poursuites, fusillades et moments d’humour, le tout articulé autour d’une situation extrêmement sensible et urgente, accentuée par une menace virologique à échelle planétaire. Ce crossover ne manquait pas de qualité. Il y avait un bon équilibre entre les protagonistes qui ne se marchaient pas l’un sur l’autre, ce qui était agréable. Certes, Danny, Chin, Callen et Sam étaient plus visibles en termes de présence car ils participaient aux deux épisodes constituant le crossover, mais leurs collègues n’en étaient pas moins aussi actifs dans leur épisode respectif (sauf peut-être Kono que j’ai trouvée plus fade que d’habitude). Le suspens sur les fioles de variole était bien entretenu, entre les croyances des héros à avoir enfin mis la main sur ces dangereuses doses suivies de déceptions et craintes en découvrant que les capsules ne refermaient en aucun cas ce virus. Vraiment, il y avait du rythme et l’intrigue de faiblissait pas. J’ai vraiment apprécié ce crossover entre ces deux séries qui, malgré leur univers différent, ont réussi avec brio à s’associer sans s’exclure. Au départ, j’avais quelques doutes. En effet, je voyais mal comment une enquête à Hawaii pouvait impliquer des agents fédéraux du NCIS de Los Angeles, sachant surtout que le NCIS est plutôt orienté vers les crimes commis dans la marine américaine et la lutte contre les menaces terroristes, alors que le 5-0 s’occupe de résoudre des affaires criminelles touchant les civils (sauf exception). Ces deux séries divergeaient non seulement par leur localisation géographique, mais aussi par la nature de leurs missions, même si elles pouvaient être rattachées aux cop shows. Malgré ces différences, l’intrigue proposée fut intéressante et logique pour l’association des deux univers. Donc je suis sortie satisfaite de ces deux chapitres.

 

crossover 2

 

La deuxième partie, quant à elle, fut davantage marquée par l’humour. Je n’arrête pas de le répéter, mais j’adore les moments de légèreté dans NCIS LA. Par contre, dans ce cas, bien que je me sois délectée de ces pauses, j’ai trouvé qu’elles étaient beaucoup trop nombreuses. J’avais l’impression qu’il fallait qu’il y ait un peu d’humour toutes les deux scènes. Certes, il en faut pour détendre l’atmosphère, mais étant donné le caractère particulièrement redoutable de l’affaire en question, ce trop plein de vannes finissait par nuire un peu à la qualité de l’intrigue et creuser un trop grand décalage incongru entre la dangerosité de la situation et ces vannes. Heureusement que le second volet ne durait que 42 minutes, car s’il avait continué avec ce rythme effréné de blagues lancées à foison, j’aurais fini par être lassée. Malgré tout, j’ai bien rigolé à l’imitation de Kensi et sa queue de cheval par Deeks (inoubliable et tellement bien fait par Deeks) et le combat à qui lancera la meilleure pique entre Deeks et Danny (d’ailleurs, ces deux flics formeraient un super duo). Je pense que seuls ces deux moments auraient du être gardés pour l’épisode, les autres étant moins drôles et trop nombreux (certains ne faisaient qu’alourdir l’épisode, en fin de compte). A la limite, ces deux instants pouvaient être accompagnés par une ou maximum deux autres touches d’humour. Au-delà, c’en était trop. Hormis ce détail, ce crossover fut une réussite.

 

Pour finir :

Mes + : L’idée du crossover entre les deux séries/ L’intrigue et ses rebondissements

Mes - : Un humour un peu trop répétitif dans la seconde partie (épisode NCIS)

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

19 juil. 12

BANDES ANNONCES (19/07/2012)

 

Dallas

Episode 1*08 "No Good Deed"

 

 

Castle

Saison 5

 

Revenge

Saison 2

 

Sons of Anarchy

Saison 5

"Mother"

Posté par VK Serie à 15:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,