04 sept. 12

CASTLE, 4*01, “RISE"

The blue cop rises…

(diff fr)

 

Il est indéniable que ce season premiere démarrait sur les chapeaux de roue. Les premières scènes étaient, de par leur contenu et mise en scène, palpitantes et stressantes. Castle s’octroyait des séquences médicales dignes d’Urgences : les flashs sur l’ambulance, les brancardiers faisant la course avec le brancard, les médecins s’affairant autour de Kate, le sang giclant de partout, l’arrêt cardiaque… Pour tout fan de Castle, c’était le top de l’angoisse et du suspens, même si on se doutait bien que Kate allait survivre (sinon, qu’allait devenir Castle ??). Cependant, toujours dans cette séquence introductive, notez le couloir des urgences à la longueur absolument pas pratique. Je n’ai pas pu m’empêcher d’esquisser un sourire en voyant ce couloir presque sans fin. En effet, en supposant que Kate débarque aux urgences, l’agencement de ce service, tel qu’il est présenté dans la série, n’est pas du tout, mais alors pas du tout, pratique. Normalement, qui dit urgences, dit course contre la montre, et par conséquent, l’équipe médicale doit être en mesure de traiter le blessé dans les plus brefs délais dès son arrivée. Or ici, vous remarquerez que les ambulanciers doivent courir pendant des mètres et des mètres avant de rencontrer enfin un médecin. Et cela ne doit pas être facile de prodiguer les premiers soins (exemple : vérifier le pouls avec son stéthoscope) ou tenir une poche (pour l’intraveineuse) alors qu’on est en train de courir comme un dingue ! Bon, je pense que la longueur du couloir était voulue pour accentuer le côté dramatique de la situation…

 

Une fois les scènes critiques passées, arrivait le repos du guerrier, les doutes, les frustrations et le retour du flic blessé sur le champ d’honneur. Castle était attendrissant avec son bouquet fleurs et sa mine déconfite en comprenant que Beckett ne se souvenait de rien. La scène sur la balançoire avait de quoi ravir les fans assidus du couple Beckett/Castle, je n’en doute pas. Voir Castle dire à Beckett qu’elle devait songer à ralentir le rythme dans sa croisade était touchant. Castle avait tout déclenché et après avoir failli perdre la détective, il souhaitait qu’elle prenne un peu de recul, qu’elle ne fonce pas tête baissée dans une lutte longue et difficile. On entrait également dans l’ère du changement, avec l’arrivée de Gates, femme de caractère ; l’arrêt de l’enquête sur le tireur de Beckett ; la réintégration de Castle dans la brigade. On avait droit à de bonnes touches d’humour, entre Castle se refaisant une beauté avant d’entrer dans la chambre de Kate, les rendez-vous secrets entre Esposito, Ryan et Beckett au poste de police pour fuir « l’abominable » Gates, le « chef ou capitaine » de Gates…

 

Par contre, honnêtement, l’investigation sur la fille morte dans la chambre ne m’a pas parue d’un grand intérêt pour ce season premiere. On tournait la page du sniper de l’enterrement trop vite pour une investigation du train train quotidien. Ceci ne regarde que moi, mais j’aurais préféré que cette enquête secondaire serve de fil conducteur pour le deuxième épisode de la saison, qu’elle soit réservée à d’autres fins que celle de combler le season premiere. Je pense qu’elle aurait pu donner de bonnes scènes d’humour et une intrigue retors à souhait. Comme Castle compte depuis quelques années une vingtaine d’épisodes par saison, j’aurais souhaité qu’on prenne le temps dans ce premier épisode de la saison 4. Par exemple, qu’on poursuive la chasse au sniper pour arriver finalement à un cul de sac au lieu de faire un saut de trois mois en moins de quinze minutes. Cela aurait été une bonne occasion de mettre en avant le duo Esposito/Ryan dans leur volonté farouche de coincer le coupable, aidés bien sûr de Castle. Cela aurait été une bonne occasion d’approfondir l’arrivée de Gates en nouvelle chef, au lieu de l’introduire avec une scène du style « oui, au fait, il y a Gates qui est la nouvelle chef et le temps Montgomery est désormais révolu ». On aurait pu la voir arriver dans les locaux, avoir une discussion avec Esposito et Ryan pour leur faire comprendre son point de vue sur l’enquête, renvoyer Castle, etc. Entretemps, on aurait pu avoir quelques scènes où Castle veillait sur Beckett à l’hôpital alors qu’elle était encore inconsciente, encore dans un état préoccupant, puis elle se serait réveillée vers la fin pour apprendre de la bouche de Ryan, Esposito et Castle que l’enquête n’avait rien donné. C’est un peu flou, mais je suis certaine qu’il y avait pas mal de choses à faire sans y inclure tout de suite une affaire traditionnelle, étant donné que Castle a quand même le temps de bien développer ses fils conducteurs, grâce au nombre d’épisodes dont elle dispose. Mais peut-être était-ce aussi un choix de ne pas s’appesantir sur ce sniper car on se doute bien que le meurtre de la mère de Beckett est une longue histoire qui n’est pas prête de se conclure aussi vite… Donc on aurait aussi pu s’ennuyer de voir les protagonistes enquêter pour ne rien trouver, à moins d’y mettre plus de psychologie dans ce season premiere que de moments de réflexion policière… Mais bon, on a quand même pu accentuer le mystère avec la banque et l’incendie certainement pas accidentel… A noter que j’ai bien aimé voir Beckett paniquée face au suspect braquant une arme sur elle et voir sa séance chez le psy. Il y a du pour et du contre dans ces deux visions, mais quoi qu’il en soit, j’ai tout de même bien apprécié ce volet. C’est juste la seconde enquête qui m’a parue inintéressante car trop vite expédiée. Je n’en ressors pas non plus déçue, dépitée. C’était une très bonne rentrée.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,