Downton Abbey a fait ses adieux aux téléspectateurs français le 2 janvier 2016 avec son ultime Christmas special. Cet épisode a offert un sympathique et happy end à tous les personnages… enfin, presque tous les personnages car en ce qui concerne Carson, je dirai que sa fin heureuse ne l’est pas entièrement.

Je garderai de bons souvenirs de cette série raffinée. Elle nous a présenté avec brio une belle reconstitution de la société britannique du début du XXème siècle, de l'aristocratie aux personnes dévouées à leur service, avec une galerie de personnages élégants et bienveillants. Je citerai en exemple Lord Grantham, un homme qui s’est montré loyal envers ses domestiques (Carson, Mrs. Padmore, Bates…), qui n’a jamais fait preuve de méchanceté ou d’indélicatesse envers qui que ce soit. Il était un véritable gentleman. Downton Abbey a créé un environnement où l’amour a coexisté avec les tragédies (comment oublier la mort de Matthew et Sybil le jour où ils ont accueilli leur nouveau-né ?), les bouleversements socio-économiques inévitables ou amplifiés par les évènements historiques et l’acceptation de ces changements (Tom, le chauffeur qui s’est marié avec la cadette d’un compte, shocking^^ ! etc.), l’humour (Denker vs. Spratt, les remarques de la comtesse douairière…). Je dirai qu’il a toujours été question d’amour dans Downton Abbey. Mary/Matthew et finalement Mary/Henry, Edith/Michael, Edith/Bertie, Tom/Sybil, Isobel/Lord Merton, Anna/John Bates, et toutes les autres relations qui n’ont pas abouti.

 

abbey 2

 

Pour ma part, je dois avouer que certaines histoires d’amour ainsi que certains protagonistes m’ont ennuyée. Mary a été la plus décevante. Elle a été tout le long l’enfant gâtée d’une famille aisée. Ayant pour objectif d’épouser un homme avec une excellente situation. Bien qu’elle ait accepté Henry à la fin, je n’ai pas été très convaincue par sa démonstration de fierté en apprenant la reconversion d’Henry en vendeur de voitures. Cruelle envers sa propre sœur Edith, se pavanant avec sa nouvelle coupe de cheveux alors qu’Edith venait de recevoir la confirmation du décès de Michael, et lui témoignant presque de l’exaspération. Il était vrai qu’on se doutait qu’il n’y avait plus d’espoir de revoir Michael en vie, mais bon, Mary, il y a des limites… Sur un forum, un internaute me disait qu’avec un tel ego, Mary se devait de se la péter un max… Ce qu’elle a fait avec succès. Pourtant, Mary a montré une autre facette, inattendue et voire incompatible avec ce à quoi elle nous avait habitués… Peste avec sa sœur, l’aînée du comte était très proche de sa femme de chambre et du majordome, et de façon générale, faisait preuve de bonté envers les classes sociales en dessous de la sienne.

Après la mort de Matthew (je n’ai jamais accroché à l’incessante valse de ces deux-là), je souhaitais que Mary sorte des sentiers battus et entame de nouveaux défis. Gérer le domaine, se réaliser dans une activité, peu importe laquelle. On l’a en effet vue s’impliquer dans la gestion de Downton, mais le sujet était traité à sa surface (une scène de temps à autre). Au lieu de voir des arches narratives percutantes, qu’a-t-on vu ? Et bien, Mary en hésitation face à de nouveaux prétendants, encore et encore… On a l’impression que caser Mary était la seule finalité réservée à ce personnage. Ainsi que la montrer sous son plus mauvais jour uniquement avec sa sœur, et ce, jusqu’à la fin. Prenez par exemple l’affaire Marigold et Mary clamant qu’elle ignorait qu’Edith n’avait encore rien révélé à Bertie… Mouais, mon œil… A mes yeux, Mary a été le personnage le moins passionnant. Je ne sais pas si elle était censée être l’héroïne que les téléspectateurs détesteraient ou envers laquelle ils éprouveraient des sentiments partagés, si c’est le cas, l’entreprise a été réussie.

 

abbey 5

 

A l’inverse, l’évolution de la malchanceuse (pour plusieurs années) Edith a été remarquable. Aux débuts de Downton Abbey, Edith restait un personnage discret, voire presqu’insignifiant. Je crois même que je n’ai jamais fait attention à elle pendant la première saison. Malgré tout, elle a réussi au fil des saisons à devenir une femme mature, moderne, brave. Elle me rappelle un peu la jeune, effrontée, et passionnée Sybil, qui fut la première à bousculer les codes. Edith a en quelque sorte repris le flambeau. Tout comme Mary, Edith a eu de nombreuses aventures de cœur. Au contraire de Mary, ces intrigues ont été un cortège d’épreuves bien plus intéressantes. Edith a été abandonnée à l’autel le jour de son mariage, a eu un enfant en dehors des liens du mariage (totalement ordinaire pour nous aujourd’hui, totalement scandaleux à l’époque !), a dirigé un magazine. La jeune femme en est ressortie plus forte. Elle a complètement mérité une fin joyeuse, et heureusement d’ailleurs, sinon j’en serai restée amère.

 

L’amour a donc été un sujet indissociable de Downton, en parallèle du portrait d’une certaine Grande Bretagne d’avant. Si, au départ de ma réflexion je me suis légèrement emportée devant ces amours à répétition, en définitive, elles se comprennent quand on se replace dans le contexte de l’époque où en général, finir vieille fille n’était pas considéré comme situation idéale… L’une des sœurs aurait pu terminer la série en demeurant indépendante et continuer ce rôle de femme avant-gardiste, finalement, les voir heureuses en couple ne me déçoit pas, c’est une fin positive.

 

abbey 4 (bis)

 

Je regrette la relation entre les Bates et la justice : était-ce nécessaire de voir à la fois John et Anna accusés de meurtre deux années de suite ? Je regrette le fait que plusieurs intrigues autour des domestiques aient existé parque qu’elles étaient directement liées à la famille Crawley. Par exemple, on voyait le domestique Y affairé dans la ville W car il/elle accompagnait un membre de la famille Crawley dans la ville W. Toutefois, je ne regrette pas d’avoir vu ces personnages poursuivre/concrétiser leurs rêves : Mrs. Padmore et son Bed & Breakfast, Daisy réussissant ses examens (je la voyais même aller plus loin car elle n'a pas froid aux yeux quand il s'agit de faire entendre ses opinions), Spratt et sa rubrique dans le magazine d’Edith ("et dire que nous avions un expert en bas !" pour reprendre Lady Violet, franchement, je ne m’y attendais pas), Molesley devenant instituteur… Les temps changent, et les personnes également. Autre amertume : quelques intrigues peu approfondies, où on est passé d’un commencement étonnant à un développement et une conclusion trop rapides, alors qu’on perdait du temps sur des histoires pour lesquelles on éprouvait une sensation de déjà-vu. L’implication malencontreuse des Bates dans des affaires criminelles est l’exemple le plus parlant.

 

Voilà des éléments sur lesquels je souhaitais revenir, parmi d’autres en tête, oubliés, ou qui traverseront mon esprit plus tard… Downton Abbey a été une série savoureuse. Avec elle, il ne fallait pas s’attendre à des péripéties grandiloquentes, de prise de position sur des sujets sociétaux ou politiques, seulement au quotidien (presqu’ordinaire) de personnes ordinaires de passage dans un monde en transition, raconté avec douceur et charme (les scènes véritablement violentes se comptent sur les doigts de la main). Certains personnages ont eu une place plus évidente que d’autres mais tous ont connu leurs aventures. Même si j’aurai aimé passer davantage de moments agréables grâce à cette fiction, comme l’a dit Thomas Barrow, l’homme mystérieux avec une sensibilité insoupçonnée, "même les bonnes choses ont une fin". 

 

Relire mes autres reviews sur la série ici.

 

Sériecalement vôtre,

VK