02 août 12

BOARDWALK EMPIRE, SAISON 1

L’art d’être un gangster…

 

(diff fr)

 

empire

 

Il y a longtemps que j’ai visionné la première saison. Enfin, j’ai manqué un ou deux épisodes, mais je pense qu’ils ne vont pas me faire changer drastiquement d’avis sur cette saison 1. Mon intérêt pour cette série s’est éveillé après avoir reçu un petit livret illustré d’images de cette saison. Je ne sais pourquoi, j’ai de suite été attirée par cette ambiance années 20, prohibition, gangsters. Et donc je n’ai pas manqué l’occasion de découvrir cette série lorsqu’elle fut diffusée par Paris Première… Et j’en suis tombée sous le charme.

 

En fait, à la base, j’aime bien tout ce qui traite d’époques passées. Donc évidemment, l’univers proposé par Boardwalk Empire  avait une bonne chance de m’intéresser. Maintenant, restait à accrocher à l’histoire et aux personnages, ce qui ne fut pas difficile du tout. D’une part, la reconstitution des années 20 est une réussite. Visuellement, que ce soit les costumes, les décors et les accessoires, cette série est un régal, un bijou. On a l’impression d’être soi-même plongé au cœur de cette Amérique de la prohibition, l’insouciance. On s’y croirait vraiment. D’autre part, il existe une pluralité des personnages et chacun d’entre eux est intéressant. Certes, Nucky et Jimmy Darmody, entre autres, sont un peu plus présents que les autres, mais je trouve que tous les personnages ont une histoire, une évolution, une identité propre. En fin de compte, chaque protagoniste a sa place, il existe un bon équilibre entre tous. Evidemment, Nucky est plus mis en avant, mais ce que j’aime dans Boardwalk Empire, c’est que même si elle tourne autour des aventures de Nucky, celui-ci n’évince pas les autres. Chacun a un rôle à jouer dans l’histoire. Comme par exemple Margaret, qui est un personnage féminin fort et doit composer avec son attrait pour la personnalité de Nucky et ses activités peu recommandables. En fait, tous les personnages sont impliqués dans des histoires qui se recoupent, évoluent ensemble ou séparément. On s’attache à chacun d’entre eux, que ce soit Nucky, Jimmy, Margaret ou Rothstein, Charles, même Van Halden, l’agent fédéral bien mystérieux qui arrive à vous faire plus peur que les gangsters eux-mêmes ! En passant, chapeau à l’acteur qui l’incarne car il arrive, rien que par son expression faciale, à semer le doute, à glacer le sang.

 

Et bien que les gangsters commettent des crimes, ils agissent avec une certaine classe, des codes et on se surprend à s’attacher à eux, parce que finalement, les épisodes nous montrent une facette de leur personnalité qui est remplie d’un peu d’humanité. Comme par exemple Nucky, qui est un véritable escroc se prenant pour le roi d’Atlantic City mais dont le caractère n’est pas aussi noir qu’on le pense. En effet, l’homme a perdu sa femme après la mort de leur bébé et en garde une profonde blessure car il ne s’était pas montré à la hauteur. On ne les déteste pas forcément parce qu’ils agissent en dehors de la loi, mais on suit leurs affaires, leurs manipulations, leurs arrangements autour d’un bon repas et leur amours avec intérêt. Les personnages sont complexes, ce sont des anti héros attirants, les histoires bien menées et palpitantes, sans oublier le générique à la musique entraînante et aux images bien évocatrices du thème, de l’époque de la série. En fait, il y a, dans Boardwalk Empire une magie qui opère et vous interpelle (alors qu’elle traite principalement de hors la loi…). Cette série a en fait, du charme, et est excellente…

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

 

Et voici le générique !

Posté par VK Serie à 17:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,