24 nov. 12

CASTLE, 4*09, "KILL SHOT"

Quand les démons resurgissent…

(diff fr)

 

castle

 

Le lieutenant Beckett affrontait ses démons resurgis d’un passé dont elle croyait avoir tourné la page. Cet épisode de Castle offrait une enquête bien ficelée et redoutable, sur fond de serial killer (et j’adore ce sujet), et surtout une enquête qui faisait un subtil et efficace écho au sniper qui avait failli tuer Kate. On y voyait une Kate encore en proie à un choc post-traumatique, et les passages où elle scrutait nerveusement le haut des buildings, où elle se cachait brutalement au retentissement de la sirène et où elle se croyait épiée chez elle en étaient des parfaits témoignages. On y suivait une Kate fragilisée (mais pas faible), qui en tant que flic, tentait de passer outre son expérience personnelle pour se donner à fond dans cette investigation et prouver qu’elle était toujours à la hauteur (bien qu’elle n’ait plus vraiment rien à prouver). Evidemment, les choses n’allaient pas dans le sens voulu. Elle avait beau se convaincre que tout allait bien, mais rien n’allait car il fallait d’abord qu’elle affronte ses peurs, qu’elle fasse la paix avec elle-même pour mieux avancer. Finalement, Kate craquait, mais ce n’était que l’électrochoc tant attendu et inévitable pour mieux rebondir par la suite, et c’est ce qui fut le cas. Kate pouvait bien sûr compter sur Castle, Esposito et Ryan. Le petit aparté entre Kate et Javier était touchant. On a rarement eu des passages émotion entre ces deux personnages, et les voir ensemble dans cet épisode dont l’affaire faisait remonter à la surface des blessures pour les deux personnages était touchant. Pour une fois, on n’avait pas forcément un Castle volant à la rescousse de Beckett en lui remontant le moral, mais un Castle tout en finesse qui s’inquiétait pour Beckett mais au moment opportun laissait Esposito lui parler, car ce dernier était la personne la mieux placée pour aborder ce sujet avec elle. Après le coup de blues, Beckett revenait à la charge pour affronter droit dans les yeux le tueur, et pour rebondir sur l’expérience partagée avec Esposito, celui-ci sauvait Beckett in extremis. Pour conclure, ce fut un excellent épisode, avec moins d’humour que d’habitude, mais l’humour ne se prêtait pas aux thèmes de cet épisode.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


27 oct. 12

CASTLE, 4*07, "COPS & ROBBERS"

Castle, otage de choc…

(diff fr)

castle 1

 

Que dire de cet épisode si ce n’est que c’était un très bon épisode ? Le volet faisait d’une pierre deux coups, ce qui fut une bonne idée. Au lieu de rester bloqué sur la simple prise d’otages, l’épisode bouclait cette histoire pour laisser la place à une autre situation aussi urgente et dangereuse. C’était plus intéressant à voir que simplement assister à la résolution de la prise d’otages au bout d’une quarantaine de minutes. Le braquage de banque en lui-même était palpitant à suivre. En général, j’aime quand les séries abordent ce thème : l’ambiance anxiogène, effrayante, l’attitude et la dangerosité des braqueurs, et la réaction des protagonistes, surtout ceux qui sont de l’autre côté et qui sont des forces de l’ordre et qui se retrouvent à négocier avec les preneurs d’otages. Il y a toujours de la tension, de l’angoisse dans ces intrigues. Alors quand l’un des héros de la série se trouve à son tour otage, c’est le pied (pour tout fan qui se respecte) ! En fait, cela rend la situation encore plus stressante, même si on sait qu’en général, le héros otage va survivre. L’intérêt, dans ce cas, est de voir comment ses compagnons d’armes restés dans un périmètre sécurisé à l’extérieur  réagissent à cette idée que la prise d’otages peut tourner court et déboucher sur une issue dramatique. Castle a bien rempli son contrat d’angoisse, d’émotion, et de duel entre une Kate déterminée et terrifiée à l’idée de perdre Castle et un faux docteur particulièrement calme dans la banque, tandis qu’Alexis voit son monde sur le point de s’écrouler.

 

Néanmoins, puisqu’il faut critiquer, les actions de Rick devenaient un peu too much. L’écrivain prenait des risques et s’en sortait avec une facilité déconcertante. Qui ferait du morse avec le bracelet de sa mère et griffonnerait sur un papier un indice alors que les preneurs d’otages sont légèrement à dix centimètres ? Je veux dire, il ne s’agit pas de gestes simples et discrets. Pourtant, Castle le faisait les doigts dans le nez. Soit les braqueurs étaient franchement nuls, soit Castle était trop fort pour eux. A chacun son avis, mais je pense que sur ce coup là, c’était un peu tiré par les cheveux (d’autant plus que Castle était d’un calme en le faisant). En outre, les otages avaient l’air de ne pas être privés de liberté de parole : Castle discutait, les autres répondaient, mais c’était limite discussion au coin du feu, ambiance scout. Pas très autoritaires, ces braqueurs. Autre point : la menace de Beckett au braqueur. Dans un premier temps, on soutenait Kate et on admirait sa férocité. On esquissait aussi un léger sourire avec la remarque du chef des opérations (sur la façon peu conventionnelle de Kate à négocier). Mais en réalité, on se disait que Beckett avait pris un énorme risque et que si le chef des braqueurs n’avait pas eu le sang froid qu’il avait eu, il aurait pu s’énerver et tuer des otages, dont Castle. Par conséquent, Kate a eu une chance énorme. Je ne sais pas (et je ne pense pas) qu’un négociateur puisse se permettre un tel risque dans la vraie vie. Alors oui, je sais, Castle est une série télévisée, et les séries télévisées sont un moyen de s’évader, mais il ne faut pas faire n’importe quoi non plus.

 

A part ces éléments, l’après braquage était tout aussi palpitant et tendu. En fin de compte, l’épileptique s’avérait être un beau salaud, et il faut reconnaître que la série a bien maîtrisé l’affaire. J’ai paniqué en voyant le méchant chez son ex-femme. J’ai cru que la bande des protagonistes arriverait en retard, mais heureusement, l’histoire s’est bien terminée. D’un autre côté, même si l’histoire s’était mal finie, cela aurait pu donner une suite, et donc un autre épisode sans forcément être la suite directe du 4*07… Et enfin, la famille Castle est réunie et l’épisode se conclut avec un belle touche d’humour. De la tension, du ship, des retrouvailles, des vannes, du Castle, quoi.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 oct. 12

CASTLE, 4*04, "KICK THE BALLISTICS"

La vérité sort toujours du canon d’un pistolet…

(diff fr)

 

castle picture

 

Ce quatrième épisode avait la bonne idée de reparler du « triple killer », dont on n’avait pas eu de nouvelles depuis un certain temps. Au lieu de proposer un épisode conventionnel dans lequel Castle et compagnie retrouvaient et arrêtaient une bonne fois pour toutes Jerry Tyson, la série eut l’originalité de faire revenir le tueur diabolique sans vraiment le faire revenir. On s’attendait à le revoir en personne, mais en fin de compte, il honorait l’histoire de sa présence de façon indirecte, permettant ainsi à la série de faire durer le suspens en attendant la confrontation finale. L’intrigue offerte ne perdait aucunement de son intérêt, car elle octroyait une part belle à l’émotion et les remises en question de la part des protagonistes sur fond de « triple killer ». Ryan s’en trouvait très affecté, il se posait des questions sur son sacerdoce en tant que flic, se sentait coupable de s’être fait subtiliser son arme qui avait ensuite été utilisé pour ôter la vie d’une jeune femme, s’énervait contre le flic sous couverture, mettait tout en œuvre pour ne pas commettre la même erreur aux conséquences injustes et fatales que ce flic. On le découvrait en colère contre lui-même, révolté aussi. Le volet était clairement destiné à mettre Kevin Ryan en valeur, et cela faisait du bien, car ce n’est pas si souvent qu’on le voit sur le devant de la scène, d’autant plus que Seamus Dever offrait une belle interprétation. Donc on avait un Kevin Ryan atteint personnellement par une affaire bien ficelée, avec son lot de rebondissements entrecoupés par de touchantes scènes sur les états d’âme de Ryan. L’histoire d’amour entre un professeur et son élève ainsi que l’histoire du jeune homme écrasé par les traditions criminelles de sa famille n’étaient peut-être pas des recettes inédites, mais elles apportaient satisfaction dans le déroulement de l’intrigue car elles étaient bien amenées à la suite d’autres pistes. Ce quarante deux minutes a fait monter la tension, le suspens, mais il faut du temps parfois pour coincer un criminel, et par conséquent, on règle chaque problème en son temps. Ryan a retrouvé son arme de service dérobée par Tyson et qui ne servira plus pour commettre d’autres crimes. Maintenant, l’équipe doit faire preuve de patience et leur patience sera un jour récompensée par l’arrestation définitive du « triple killer » (je l’espère).

 

Kevin Ryan n’était pas le seul à se poser des questions. Même Castle s’y mettait en se rendant compte qu’en réalité, il était loin d’être un policier, quand bien même il côtoyait quotidiennement cette profession. Le voir faire preuve de maturité et se plonger avec tant de motivation pour étudier les contacts de Tyson en prison étaient touchant à voir. Mais qu’on se rassure, Beckett, Ryan et Esposito ont fini par déteindre sur lui… Pour terminer, il faut souligner l’intelligence de la série à faire référence à des évènements survenus par le passé. Je parle ici de la blessure de Beckett. Souvent, quand un héros est blessé dans une série, il se remet de sa blessure très vite, et dès l’épisode suivant, il retourne tranquillement au travail comme si de rien n’était et on oublie aussitôt cette blessure et puis tout baigne. J’ai du coup apprécié que Castle reparle, même furtivement, de la blessure de Beckett, car même si cela fait des semaines que la jeune femme s’était rétablie, elle ne va évidemment pas ranger aussi facilement cette expérience éprouvante dans un coin perdu de son esprit. Et donc, il était intéressant de la voir grimacer à cause de cette blessure. Bien entendu, il ne faut pas non plus en faire une allusion dans tous les épisodes pendant toute la saison, mais il ne faut pas non plus l’effacer au bout d’un épisode.

 

Finalement, alors qu’on s’attendait à ce que l’épisode prenne une certaine tournure, elle en a prit une inattendue aussi intéressante et qui ne fait que nous faire trépigner d’impatience de revoir un ennemi redoutable…

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

16 sept. 12

CASTLE, 4*02, "HEROES AND VILLAINS"

Les super héros débarquent à New York…

(diff fr)

 

castle 1

 

Le second volet de la saison 4 de Castle est tout simplement un petit bijou, mêlant crimes sortant de l’ordinaire, univers encore moins ordinaires et humour. Je ne sais pas où Andrew Marlowe et son équipe de scénaristes vont chercher leurs idées, mais ils réalisent un travail d’inventivité formidable. Ils installent avec brio un univers décalé sans être ridicule, grotesque, autour d’un meurtre et l’humour qu’ils associent est tellement bien dosé. On entre dans cette ambiance sans être dépassé par le côté loufoque, lourdingue. Dans le cas qui nous intéresse, Castle et Beckett flirtaient avec le monde courageux des super héros, après avoir découvert un corps coupé en deux au sabre. Les phrases de Castle relatives au cadavre m’ont bien fait rire. « He’s the man he used to be » en est un exemple. Je ne suis pas une grande fan des super héros, mais je dois admettre que ce volet m’a bien amusée. Tout comme l’expression faciale de Gates à chaque rapport de Beckett, rendant l’enquête davantage… inédite. Gates montrait une facette inattendue mais bienvenue en ne poursuivant pas l’officier Hastings, voyant en elle un grand potentiel à ne pas gâcher. Et comme d’habitude, on passait de suspect en suspect (et on ne s’attendait pas à certains d’entre eux) avec chacun leur caractère spécial, et on s’amusait à suivre les réactions déconcertées des enquêteurs. D’ailleurs, on avait droit à un joli parallèle entre Beckett/Castle et Hastings/Whitaker, rendu délicieusement tendu avec le baiser entre Hastings et Whitaker.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 16:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 sept. 12

CASTLE, 4*01, “RISE"

The blue cop rises…

(diff fr)

 

Il est indéniable que ce season premiere démarrait sur les chapeaux de roue. Les premières scènes étaient, de par leur contenu et mise en scène, palpitantes et stressantes. Castle s’octroyait des séquences médicales dignes d’Urgences : les flashs sur l’ambulance, les brancardiers faisant la course avec le brancard, les médecins s’affairant autour de Kate, le sang giclant de partout, l’arrêt cardiaque… Pour tout fan de Castle, c’était le top de l’angoisse et du suspens, même si on se doutait bien que Kate allait survivre (sinon, qu’allait devenir Castle ??). Cependant, toujours dans cette séquence introductive, notez le couloir des urgences à la longueur absolument pas pratique. Je n’ai pas pu m’empêcher d’esquisser un sourire en voyant ce couloir presque sans fin. En effet, en supposant que Kate débarque aux urgences, l’agencement de ce service, tel qu’il est présenté dans la série, n’est pas du tout, mais alors pas du tout, pratique. Normalement, qui dit urgences, dit course contre la montre, et par conséquent, l’équipe médicale doit être en mesure de traiter le blessé dans les plus brefs délais dès son arrivée. Or ici, vous remarquerez que les ambulanciers doivent courir pendant des mètres et des mètres avant de rencontrer enfin un médecin. Et cela ne doit pas être facile de prodiguer les premiers soins (exemple : vérifier le pouls avec son stéthoscope) ou tenir une poche (pour l’intraveineuse) alors qu’on est en train de courir comme un dingue ! Bon, je pense que la longueur du couloir était voulue pour accentuer le côté dramatique de la situation…

 

Une fois les scènes critiques passées, arrivait le repos du guerrier, les doutes, les frustrations et le retour du flic blessé sur le champ d’honneur. Castle était attendrissant avec son bouquet fleurs et sa mine déconfite en comprenant que Beckett ne se souvenait de rien. La scène sur la balançoire avait de quoi ravir les fans assidus du couple Beckett/Castle, je n’en doute pas. Voir Castle dire à Beckett qu’elle devait songer à ralentir le rythme dans sa croisade était touchant. Castle avait tout déclenché et après avoir failli perdre la détective, il souhaitait qu’elle prenne un peu de recul, qu’elle ne fonce pas tête baissée dans une lutte longue et difficile. On entrait également dans l’ère du changement, avec l’arrivée de Gates, femme de caractère ; l’arrêt de l’enquête sur le tireur de Beckett ; la réintégration de Castle dans la brigade. On avait droit à de bonnes touches d’humour, entre Castle se refaisant une beauté avant d’entrer dans la chambre de Kate, les rendez-vous secrets entre Esposito, Ryan et Beckett au poste de police pour fuir « l’abominable » Gates, le « chef ou capitaine » de Gates…

 

Par contre, honnêtement, l’investigation sur la fille morte dans la chambre ne m’a pas parue d’un grand intérêt pour ce season premiere. On tournait la page du sniper de l’enterrement trop vite pour une investigation du train train quotidien. Ceci ne regarde que moi, mais j’aurais préféré que cette enquête secondaire serve de fil conducteur pour le deuxième épisode de la saison, qu’elle soit réservée à d’autres fins que celle de combler le season premiere. Je pense qu’elle aurait pu donner de bonnes scènes d’humour et une intrigue retors à souhait. Comme Castle compte depuis quelques années une vingtaine d’épisodes par saison, j’aurais souhaité qu’on prenne le temps dans ce premier épisode de la saison 4. Par exemple, qu’on poursuive la chasse au sniper pour arriver finalement à un cul de sac au lieu de faire un saut de trois mois en moins de quinze minutes. Cela aurait été une bonne occasion de mettre en avant le duo Esposito/Ryan dans leur volonté farouche de coincer le coupable, aidés bien sûr de Castle. Cela aurait été une bonne occasion d’approfondir l’arrivée de Gates en nouvelle chef, au lieu de l’introduire avec une scène du style « oui, au fait, il y a Gates qui est la nouvelle chef et le temps Montgomery est désormais révolu ». On aurait pu la voir arriver dans les locaux, avoir une discussion avec Esposito et Ryan pour leur faire comprendre son point de vue sur l’enquête, renvoyer Castle, etc. Entretemps, on aurait pu avoir quelques scènes où Castle veillait sur Beckett à l’hôpital alors qu’elle était encore inconsciente, encore dans un état préoccupant, puis elle se serait réveillée vers la fin pour apprendre de la bouche de Ryan, Esposito et Castle que l’enquête n’avait rien donné. C’est un peu flou, mais je suis certaine qu’il y avait pas mal de choses à faire sans y inclure tout de suite une affaire traditionnelle, étant donné que Castle a quand même le temps de bien développer ses fils conducteurs, grâce au nombre d’épisodes dont elle dispose. Mais peut-être était-ce aussi un choix de ne pas s’appesantir sur ce sniper car on se doute bien que le meurtre de la mère de Beckett est une longue histoire qui n’est pas prête de se conclure aussi vite… Donc on aurait aussi pu s’ennuyer de voir les protagonistes enquêter pour ne rien trouver, à moins d’y mettre plus de psychologie dans ce season premiere que de moments de réflexion policière… Mais bon, on a quand même pu accentuer le mystère avec la banque et l’incendie certainement pas accidentel… A noter que j’ai bien aimé voir Beckett paniquée face au suspect braquant une arme sur elle et voir sa séance chez le psy. Il y a du pour et du contre dans ces deux visions, mais quoi qu’il en soit, j’ai tout de même bien apprécié ce volet. C’est juste la seconde enquête qui m’a parue inintéressante car trop vite expédiée. Je n’en ressors pas non plus déçue, dépitée. C’était une très bonne rentrée.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 11:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,