24 août 19

ENNEMI PUBLIC, SAISON 2

 

Je viens de terminer la saison 2 d’Ennemi Public, diffusée sur TF1 Séries Films. Dire que j’ai failli la manquer ! En effet, c’est en consultant mon programme TV pour passer le temps que j’ai découvert le passage d’Ennemi Public sur cette chaîne pendant l’été. S’il y a eu une communication autre (via des publicités), dans ce cas j’ai dû la rater… et je dirai que c’est un peu dommage de ne pas avoir des campagnes de promotion avec un peu plus d’envergure (à moins que l’inattention vienne de moi bien sûr).

Cela fait aussi un bon bout de temps que je n’avais pas publié sur ce blog (et oui, d’autres projets sont arrivés entre-temps^^). Ennemi Public m’a donné envie d’écrire cet article. Sachez que j’en avais déjà partagé un, suite au festival Séries Mania, disponible ici.

 

J’ai, pour utiliser un terme familier, kiffé la saison 2. Je l’ai préférée à la première. Cette dernière m'avait intéressée, pas captivée. La deuxième m'a charmée. Tant mieux, mon enthousiasme s'est renforcé au fil des saisons.

La saison 1, telle qu’elle avait été construite, était cependant nécessaire pour cette seconde saison, suite logique avec de nouveaux éléments.

 

Attention, la suite contient des spoilers.

 

 

fullsizeoutput_e74

 

La saison 1 posait les bases. Pour développer l’univers de la série, elle proposait une intrigue policière assez classique sur le thème du ‘’whodunnit ?’’. Un tueur en liberté conditionnelle qui s’installait dans un village paisible et perdu dans la nature. Un enfant qui disparaissait ensuite. Forcément, tout le monde accusait le tueur. S’enchaînaient alors plusieurs pistes, des déchirements entre les villageois dont la vie sans histoires était désormais bousculée par l’arrivée de cet individu odieux dont on ne voulait pas la présence. On arrivait enfin à la découverte de la vérité et un cliffhanger pour accrocher le téléspectateur à une éventuelle saison 2.

Avec cette deuxième salve d’épisodes, on retournait au village. On y retrouvait les mêmes personnages. Certains en reconstruction, d'autres en tentative d’imposer de nouvelles règles du jeu après les événements tragiques. On replongeait dans une enquête policière intimement liée au passé de Chloé Muller, pour rester dans le domaine du polar.

 

 

Même si tous les personnages n'étaient pas liés à l’enquête, j’ai bien aimé suivre leur évolution.

Comment le père et le fils Stassart survivaient dans un village qui les considérait maintenant comme des pestiférés, alors que techniquement ils n’avaient rien fait (puisque c’est la mère la meurtrière). La détresse du jeune Emile était touchante. On était aussi sensible au père qui faisait son possible, avec parfois maladresse, pour continuer à vivre ; et qui éprouvait un sentiment de culpabilité (qu’aurait-il fait si ça avait été lui ?).

L’acceptation de Lana, puisqu’elle revenait travailler avec l’époux de celle qui a assassiné son fils, était touchante aussi. A l’inverse de son mari, elle avait choisi d'avancer malgré tout.

Comment Béranger apprenait à revivre en liberté avec toute la méfiance des locaux. Méfiance tout à fait compréhensible au vu de ses crimes horribles. Comment Béranger se bonifiait pour Mona, pour lui permettre de s’envoler alors qu’elle n’avait reçu que du mépris de la part de son entourage. A noter que son frère est une véritable ordure… la scène du rasage était choquante, d’une violence psychologique et morale. Scène dure mais bien pensée.

Il était intéressant de se replacer dans le même environnement et de voir les conséquences des événements passés et la reconstruction des victimes, ancien bourreau, policiers ; mais également de suivre de nouveaux personnages. 

 

fullsizeoutput_e7a

 

Quid de l’enquête policière ? Haletante. Le suspens grandissait d’épisode en épisode. Les étapes de l’enquête et les rebondissements étaient bien dosés à chaque épisode. Je n’ai pas vraiment de critiques à faire car franchement, le déroulement de l’enquête m’a plu.

On repartait sur le traumatisme de Chloé, à savoir la disparition de sa sœur Jessica. Comme on savait qu’elle était encore en vie depuis le cliffhanger de la saison 1, il était évident que sa recherche serait l’investigation qui mènerait la saison 2. On ne pouvait pas répéter une saison 1 avec une nouvelle disparition d’enfants, ça aurait été sans valeur ajoutée. On aurait pu penser à un autre crime, mais comment expliquer le retour de Chloé ?

La recherche de Jessica était par conséquent la piste la plus cohérente. D’une part parce qu’elle faisait écho à Chloé, d’autre part parce qu’elle concernait le kidnapping d’enfants, donc justifiait la présence de Béranger et permettait la replongée dans Vielsart. D’ailleurs, j’y pense, il n’est plus le seul ennemi public, il partage la vedette avec Van Acker… donc si un de ces personnages devait disparaître, le titre de la série resterait logique^^

 

 

J’ai bien aimé le focus sur la vie en communauté de Paul et "ses" filles. Son délire, malsain, était scénaristiquement singulier.

On aurait pu s’attendre à un énième pervers enlevant des petites filles pour assouvir des désirs répugnants et les tuant une fois ces désirs assouvis ou parce qu’elles avaient dépassé un certain âge et de ce fait ne l’intéressaient plus.

On se rendait compte qu’en fait, son but était de protéger ces filles d’un monde dangereux. Pour cela, il les avait préparées au combat et préservées dans un "paradis". On aurait pu s’attendre à ce que ce groupe soit une secte avec des membres masculins servant de soldats et des membres féminins réduits aux tâches ménagères et formant le harem du leader. On découvrait qu’il s’agissait d’une secte à 99% féminine, le 1% étant représenté par Paul, et que lui-même ne les touchait pas. Il s’agissait d’une secte à caractère religieux, avec un chef se prenant pour Jésus ("look Jésus" quand tu nous tiens)...

Bien qu’ayant subi un lavage de cerveau, les victimes n’avaient pas pour autant tout oublié de leur vie d’avant, et en grandissant, commençaient inconsciemment ou non à développer des signes de rébellion (aller au-delà de la clôture, etc.).

Evidemment, le raisonnement de Paul restait tout autant pernicieux, mais il différait d’autres cas vus dans des séries télévisées.

 

Petite parenthèse sur le juge d’instruction ou procureur (je ne me souviens plus du terme exact), très pragmatique : ni en désaccord perpétuel avec la police, ni en supporter aveugle de celle-ci. J’ai trop adoré sa réponse à Michaël quand celui-ci justifie sa démission par le fait qu’il n’a rien pu faire : ‘’Je n’ai rien fait.’’ ‘’Peut-être parce qu’il n’y avait rien à faire !’’ (arrête tes jérémiades et retourne bosser).

  

fullsizeoutput_e7f

 

Que dire du dernier épisode de cette saison ? Diablement frustrant… parce qu’une saison 3 devient absolument nécessaire pour connaître le fin mot de toute cette histoire !

J’ai eu de la peine pour Chloé qui n’a pas encore pu sauver sa sœur mais l’a aperçue (savait-elle que c’était Jessica ?). Elle aura eu pour lot de consolation : une lettre écrite par sa sœur qui montre qu’elle ne l’a pas oublié, le sauvetage de Jasmine et Nelly (sa réadaptation sera dure). J’ai eu de la peine pour le copain de Jessica. Comment sa relation avec Paul va-t-elle évoluer ? Il ne manquerait plus qu’elle découvre qu’elle est enceinte…

 

Des questions restent en suspens. Il est certain que la traque de Paul va continuer dans la saison 3. Je vois mal comment et pourquoi on n'irait pas dans ce sens.

Où va-t-elle nous mener ? Va-t-on quitter Vielsart pour un autre lieu ou va-t-on alterner entre Vielsart et un autre endroit ?

Les filles vont-elles se rebeller ensemble ? L’équilibre du groupe me semble sur le point d’être remis en question… Que va faire Paul en découvrant ce qu'il considère comme "déviances" ?

Qui des personnages de Vielsart ? Comment continuer à les faire évoluer s’ils ne sont pas impliqués de près ou de loin par cette traque ? Par rapport à Béranger ? Lui-même, a-t-il succombé à ses vieux démons ou n’a-t-il fait que jouer la comédie pour mieux duper tout le monde ? Est-il la bête évoquée par Nelly ? J’ai aussitôt pensé à lui quand Nelly en a parlé (je ne sais plus si ce surnom avait été introduit en saison 1…). A-t-il un lien plus étroit avec Paul ?

Reverra-t-on Mona maintenant qu’elle poursuit son chemin dans le domaine du droit ? Moi, ça m’intéresserait. Par exemple en tant que stagiaire qui serait amenée à travailler sur l’enquête. Ou qui découvrirait le subterfuge de Béranger (voire tomber sous sa coupe ?).

Si on retrouve les habitants de Vielsart, il y a un autre que j’aimerais revoir : Judith. A condition que sa présence reste pertinente par rapport à l’histoire, mais pourquoi pas ? On l’avait recroisée une fois dans la seconde saison. Ma foi, elle avait une sale mine. Je serai curieuse de connaître ses galères en prison : s’est-elle fait tabassée par ses codétenues à cause de la nature de ses crimes ? C’est ce que j’avais déduis en voyant ses bleus lors de la visite de Patrick et Emile. En tout cas, s'ils restent dans les parages (quid de la décision de l’assistante sociale ?), cela me semblerait possible de faire allusion à Judith une fois. D’ailleurs, Patrick, avec d’autres habitants, va-t-il s’interroger de la disparition d’un des leurs, même si c’était un voyou ?

 

Bref, s’il vous plaît donnez-nous une saison 3.

  

Sériecalement Vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 20:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 avr. 16

SERIES MANIA S7 : NSU GERMAN HISTORY X

 

NSU

 

"Une vague de crimes racistes a secoué l’Allemagne au début des années 2000. À travers le portrait d’une adolescente désabusée attirée par les idéaux de l’extrême droite, NSU German History X revient sur ces tragiques événements. En trois épisodes aux points de vue complémentaires, la série retrace sur deux décennies la radicalisation d’une certaine jeunesse allemande, après la chute du mur de Berlin. Glaçant." (Résumé Séries Mania)

 

Cette série est particulière par son sujet et sa construction narrative en trois temps, chaque temps représentant cette affaire tragique selon un point de vue différent. NSU est l’acronyme de National Socialism Underground. Le premier épisode relate le cheminement vers la haine de Uwe Mundlos, Uwe Böhnhardt et Beate Zschäpe, trois jeunes adolescents de l’ex Allemagne de l’Est dans les années 90, jusqu’à leur folie meurtrière. Si vous ne le saviez pas, la série est basée sur des faits réels tragiques qui se sont produits en Allemagne dans les années 2000, et connus sous le terme des "meurtres kebabs". Pour résumer rapidement, un groupe de trois extrémistes se sont illustrés par une série d'assassinats de personnes d’origine turque et lorsque l’affaire a été dévoilée, elle a profondément secoué l’Allemagne.

Le seul premier épisode ne permet pas de comprendre à lui seul cette onde de choc et c’est pour cela que la série est constituée de trois parties qui apportent des éclairages complémentaires sur l’affaire. Il faut aussi connaître un peu le contexte de cette affaire pour mieux saisir la série. Pendant longtemps, les autorités étaient persuadées que les victimes avaient été exécutées suite à un règlement de comptes entre groupes criminels. Le choc est arrivé quand on a finalement découvert que les coupables étaient en réalité des membres d’un mouvement néo-nazi qui agissaient dans la clandestinité et qui n’avaient jamais été inquiétés par les autorités. On s’est rendu compte que cette mouvance néo-nazie était beaucoup plus forte et organisée qu’on ne le pensait, et pendant de nombreuses années, ce phénomène avait été complètement sous-estimé (d'où le underground du titre).

 

Dans le cas de NSU German History X, on saisit la gravité de ce phénomène : les trois jeunes de l’est ont évolué dans un groupuscule néo-nazi qui manifestait sa haine au yeux et vu de tous et n’avait pas peur de porter des uniformes de cette époque sombre. Quant aux adultes, ils étaient complètement largués. L’équipe venue présenter la série l’a d’ailleurs bien expliqué cet abandon par les adultes et cette radicalisation des jeunes : à la suite de la chute du mur, beaucoup d’habitants de l’Est ont perdu subitement leur travail et ont dû faire face à une nouvelle situation qu’ils ne maîtrisaient plus. Beaucoup de jeunes ont assisté à la déchéance de leurs parents et se sont retrouvés confrontés à eux-mêmes. Ils étaient donc une cible idéale pour l'endoctrinement. L’équipe a parlé d’une génération perdue, désabusée, qui, sans repères, a vu certains de ses membres se réfugier dans les valeurs néo-nazies. Et on a laissé faire… La série essaie ainsi de s’interroger sur cette génération perdue et sur les raisons qui ont fait que ces mouvements d’extrême droite ont pu croître dans l’ombre.

La série montre aussi l'amie de Beate qui, contrairement à elle, refuse ce fanatisme. On la voit pendant peu de scènes, mais elles sont suffisantes pour saisir le drame de cette jeunesse et d'une amitié perdue.

Du côté de la réalisation, j’ai eu un peu de mal à accrocher au rythme saccadé du premier volet, similaire au style documentaire, qui capte des moments de vie normale et du cheminement de ces jeunes vers la haine. Néanmoins, je pense que c’était la meilleure façon d’aborder la réalisation, au vu de la gravité du propos et du but recherché. On ressent un malaise certain vis-à-vis de ces évènements : comment des enfants ordinaires ont-ils pu basculer dans une telle haine ?, un malaise face à leurs propos sur l'Holocoste, leur violence. Les acteurs qui ont endossé ces rôles sont fascinants : Albrecht Schuch, Uwe Mundlos ; Sebastian Urzendowsky, Uwe Böhnhardt ; et Anna Maria Mühe, Beate. Un premier épisode glaçant comme le dit si bien le résumé de Séries Mania.

 

NSU 2

 

Echanges avec l’équipe de la série :

Sont venus Thomas Wendrich, le créateur ; Gabriela Sperl, la productrice ; et Sebastian Urzendowsky (Uwe Böhnhardt). Ils ont partagé avec le public que la série avait pour objectif de s’intéresser à la génération perdue, à travers l’affaire des "meurtres kebabs". Bien que la série rappelle à plusieurs reprises que certains passages/évènements peuvent ne pas correspondre totalement aux faits tels qu’ils se sont produits, elle cherche à comprendre les racines et conséquences des actions des différents protagonistes. Thomas Wendrich s’est volontiers reconnu comme faisant partie de cette génération perdue, mais heureusement, il a fait des choix différents de ceux des tueurs.

Le deuxième volet de la série est centré sur la famille des victimes, tandis que le troisième, sur les inspecteurs en charge de l’affaire.

La série a été écrite entre 2011 et 2012, et tournée en 2015.

Le créateur connaissait Sebastian Urzendowsky d’un ancien projet, et ne l’imaginait pas du tout incarner une personne telle que Uwe Böhnhardt. Il a changé d’avis après avoir vu son interprétation dans un autre film.

La productrice aurait souhaité que les trois épisodes soient diffusés en Allemagne les uns à la suite des autres pour permettre aux spectateurs de ne pas perdre le fil de l’histoire. L’argument fait sens, mais je pense que le public aurait du mal à tenir car rien que le premier volet dure 1h30 !

 

Si la série était diffusée en France ?

Qui dit œuvre allemande dit Arte, donc oui, c’est la première option la plus naturelle. Toutefois, la série peut être un parfait complément à un débat, son sujet étant d’actualité. Pour cela, je pense aux soirées proposées par France 2 autour d’un thème, dont la diffusion d’une fiction se prolonge d’un débat. A la différence qu’ici, il s’agit d’une production allemande et non française. On aurait trois parties qui pourraient être suivies d’un débat avec un sujet précis : la radicalisation des jeunes pour le premier volet, l'enfer vécu par les proches de victimes de crimes pour le second volet, et les obstacles auxquels se heurtent la police ainsi que les difficultés de communication entre services pour le dernier volet.

Je pense également à LCP. Pas vraiment orientée série, certes, mais la chaîne décrypte les sujets politiques nationaux et internationaux. Les mouvements extrêmistes et leur stratégie d'endoctrinement, ainsi que les moyens de lutte contre ces derniers correspondent à cette ligne.

 

Retrouvez les autres articles sur Séries Mania ici.

 

Sériecalement vôtre

22 avr. 16

SERIES MANIA S7 : ENNEMI PUBLIC

 

Ennemi Public

 

Libéré après 20 ans de réclusion, le tueur d’enfants Guy Béranger trouve refuge auprès des moines de Vielsart, un petit village des Ardennes. Il est placé sous la protection d’une inspectrice de la police fédérale. Quelques jours après, une fillette disparaît. Un polar oppressant, inspiré de faits divers ayant traumatisé la Belgique." (Résumé Séries Mania)

 

J’ai été agréablement surprise par cette série angoissante, sombre, qui joue avec nos nerfs. Le cadre est parfait pour une telle histoire : un village entouré d'une forêt aussi magnifique que terrifiante, les habitants y vivent en vase clos et deviennent les cibles/victimes de tout dérapage/méfiance quand un drame se produit.

Ennemi Public m'a rappelé, dans une certaine mesure, de Broadchurch. Pour le côté "Qui a tué Danny ?" car ici, on a également : le meurtre d’un enfant dont le corps a été retrouvé dans un endroit censé être un lieu de refuge, de réconfort ; le drame se déroule au sein d’une petite communauté, donc on anticipe qu’il ébranlera cette communauté à première vue soudée et sans histoires et fera jaillir des secrets inavouables, des tensions et de la suspicion des uns envers les autres. Ajoutez à cela la présence d’un tueur d’enfants aux penchants sataniques et toutes les tensions sont exacerbées (l'interprète du tueur est saisissant dans son rôle). Une scène m’a fait rapidement penser au film "Prisoners" (avec Hugh Jackman et Jake Gyllenhaal). Il s’agit de celle où la policière poursuit le suspect lorsqu’il vient se "recueillir" avec les autres habitants sur les lieux du drame.

 

Du côté des personnages, on retrouve les classiques : une policière hantée par un traumatisme, un homme d'affaire ambitieux dont le projet de développement économique se retrouve menacé par l’arrivée du tueur d’enfants et la découverte du corps de la nouvelle victime, un policier de campagne dont le calme routinier vole en éclats, un tueur d’enfants satanique et pervers narcissique capable d’une intelligence et d’un calme redoutables, un homme avec un casier judiciaire non vierge, donc second suspect idéal, et des villageois et moines qui s’entredéchirent au premier obstacle.

La série se démarque par le fait qu’ici, le tueur vient passer sa conditionnelle dans un monastère pour commencer son noviciat. Est-ce sincère ? Un tel être peut-il vraiment être sauvé ? Comment vivre à proximité d’une telle personne ? Et en tant que religieux, peut-on concilier sa foi avec une telle personnalité ?

Les deux premiers épisodes donnent envie de connaître la suite car le rythme n'est ni trop lent ni trop rapide, les éléments s'installent au moment opportun et maintiennent le spectateur en éveil sans le brusquer et l'ennuyer.

 

NB : On remarquera la présence de Clément Manuel dans le rôle d'un religieux, une fois de plus après Ainsi soient-ils ;-). Décidement, cet acteur enchaîne les rôles dans les séries (avec Falco), et c'est sympathique de le revoir.


Le saviez-vous ?

Le projet d’Ennemi Public a remporté le concours de scénario organisé par la RTBF en association avec la Fédération Wallonie-Bruxelles et c’est ainsi que la série a vu le jour. Pour le point de départ de la série, les auteurs se sont inspirés de l’histoire de Michelle Martin, ex-femme du meurtrier pédophile Marc Dutroux, qui après avoir obtenu la liberté conditionnelle au terme de la moitié de sa peine, s’est installée dans un couvent, dans la région de Namur. La série a disposé d'un budget de 300 mille euros par épisode.

 

Si la série était diffusée en France ?

Je dirai sans hésiter qu’Arte, France 2 ou France 3 seraient les candidates idéales en ce qui concerne les chaînes nationales/gratuites. Arte : parce qu’elle a déjà proposé des séries sombres, angoissantes (notamment bien illustrées par les séries scandinaves). France 2 et France 3 : parce qu’elles sont capables d’inviter leurs téléspectateurs à sortir des sentiers battus avec Broadchurch ou The Missing, par exemple. Une diffusion le lundi soir pour France 2 ou le jeudi soir pour France 3 serait tout à fait envisageable. Je pense également à 13ème Rue, spécialisée dans le policier et les thrillers, et ici, on a tous les éléments nécessaires : un homicide, une enquête, une pléthore de suspects potentiels, un meurtrier en série qui, je pense, appréciera défier les autorités et habitants, et un cadre géographique à la fois paisible et oppressant... 

 

Retrouvez les autres articles sur Séries Mania ici.

 

Sériecalement vôtre,

19 avr. 16

SERIES MANIA S7 : FOUR SEASONS IN HAVANA

 

Havana

 

"Cuba, dans les années 90 ("période spéciale"). Conde, lieutenant de police mélancolique et désabusé, enquête sur l’assassinat d’une jeune professeure de lycée, militante de la Jeunesse communiste. Une série fidèle au roman noir de Padura, pour goûter l’atmosphère du pays et lever le voile sur les contradictions de la société cubaine." (Résumé Séries Mania)

 

Les deux épisodes diffusés lors du festival sont tirés du livre Vents de Carême (1994), deuxième volet du cycle des Quatre Saisons de Leonardo Padura. Ces épisodes relèvent de l’enquête policière classique. Il y a un meurtre, les policiers alternent entre différentes pistes et finalement, le coupable et le mobile restent classiques. A côté de l’enquête, on suit le personnage principal, Conde, dans ses mésaventures existentielles. Rien qui révolutionne le genre, donc. Ce qui est le plus intéressant, pour un spectateur européen, c’est le cadre géographique dans lequel se déroule l’histoire, à savoir La Havane. La série nous propose un voyage authentique dans la ville et la société cubaine que l’on n’a pas l’habitude de voir en série ou film, que l’on ne connaît pas sauf si on s’y est déjà rendu pour les vacances. Autre argument : la série est une bonne occasion de se familiariser avec la littérature de Padura, d’ailleurs, l’auteur a contribué activement à l’écriture de la série. Une série agréable à suivre pour la découverte de nouveaux horizons et un personnage principal attachant.

 

Le saviez-vous ?

Jorge Perugorría, qui interprète Conde, est lui-même originaire de la Havane et un acteur connu dans son pays. Il a notamment joué dans le film Fraise et Chocolat (1993) qui fut nominé aux Oscars dans la catégorie du meilleur film étranger.

 

Si la série était diffusée en France ?

Ma première réaction fut de penser à France Ô, à cause de Cuba, destination lointaine et insulaire, avant de me rappeler subitement que France Ô célèbre l’Outre-Mer. Choix pas très logique de ma part, donc, mais si jamais une entorse était envisageable… Sinon, option plus probable : la SVOD. 

 

Retrouvez les autres articles sur Séries Mania ici.

 

Sériecalement vôtre,

 

04 juin 15

SERIES MANIA S6 : EMPIRE

 

J’ai profité de Séries Mania pour revoir le pilote d’Empire, dont vous pouvez lire ma review ici, et découvrir son deuxième épisode, lors de la séance du 19 avril. Cette projection fut suivie d’une interview de Lee Daniels par Pierre Langlais, et agréable surprise, Taraji P. Henson, l’interprète de Cookie, a rejoint la scène au milieu des échanges !

 

Lee Daniels & Taraji P. Henson

 

Quelques mots sur le second épisode :

Franchement, j’ai passé un super moment. Toujours aussi drôle, avec une Cookie toujours en forme (son lancer de chaussure était décapant) et d’autres personnages originaux (la secrétaire de Cookie). On continue ce qu’on a commencé dans le premier épisode : Lucious tente de lancer Hakeem sur le devant de la scène, et évidemment, ce dernier, par son attitude irresponsable, ne lui facilite pas les choses. Cookie essaye de faire de même avec Jamal, encore trop modeste au point de se faire marcher dessus. Pour apporter de nouveaux contenus, l’épisode se conclue sur une sorte de cliffhanger, où l’on sent qu’il va y avoir des complications pour les plans de certaines personnes. J’ai bien aimé et je commence à comprendre les raisons du succès de cette série aux Etats-Unis, passée de 9 millions de téléspectateurs au début de la saison 1 à 16/17 millions en fin de saison. Jusqu’ici, les histoires sont intéressantes, nous parlent, nous décrochent des rires. C’est plus les situations légères, cocasses qui priment.

 

L’interview avec Lee Daniels et Taraji P. Henson :

Ces deux personnes nous ont donné un super moment de partage et de rires. Ci-dessous les points abordés :

— Lee Daniels a débuté comme casting director pour Warner, il était en charge des minorités. Il a quitté ce poste car en réalité, il y avait très peu d’opportunités pour les acteurs noirs. Quand plus tard, pendant les échanges, on a abordé les questions raciales (sur les changements que pourraient provoquer son succès et celui de Shonda Rhimes), il a répondu gentiment qu’il était fatigué d’être confronté aux questions sur ce sujet = on ne doit pas réduire ses œuvres et celles des autres artistes noirs aux questions de races.

— A travers ses histoires, Daniels s’intéresse à la condition humaine. Il veut donner une voix et un visage aux personnes qu’on ne voit et n’entend pas, présenter des personnages qui ont des failles. Sans toutefois faire culpabiliser le spectateur : malgré les thèmes abordés très durs, comme dans ses films Le Majordome, Precious, l’humour est toujours présent.

— Les histoires de Daniels sont basées sur des situations réellement vécues. Par exemple, dans le 1er épisode, Cookie frappe Hakeem avec un balai : Lee Daniels a véritablement vécu cette scène, punition de sa mère. En réaction, il a appelé la police, et lorsqu’elle arrivée, sa mère a conseillé aux agents d’amener un sac mortuaire au prochain appel !

 

DSC02886

 

— Lee a préféré faire d’Empire une série TV car la télévision est plus accessible. Il voulait que ceux qui parmi son entourage ne le pouvaient pas autrement que par la TV puisse suivre Empire, notamment ses proches qui sont en prison.

— Lee Daniels aurait pu parler de Broadway dans la série, mais pour lui, c’était la voie facile (le cliché gay & Broadway), c’est pourquoi il a préféré le hip hop. Il a centré Empire sur une famille Afro-américaine puissante pour rompre avec l’image persistante de l’Afro-américain pauvre.

— Le passage où Hakeem insulte publiquement Barack Obama (2nd épisode) n’est pas une critique sur l’homme politique et son administration. Daniels souhaitait montrer qu’aujourd’hui, beaucoup d’enfants Afro-américains grandissent dans un monde privilégié, i.e, moins difficile que celui de leurs aïeux, et ne se rendent plus compte du combat qu’ont mené les générations d’avant. Taraji a raconté une anecdote pour illustrer ce fait : elle a pleuré à chaudes larmes lorsqu’elle a appris l’élection d’Obama à la Maison Blanche, et quand elle a voulu partager sa vive émotion avec son fils (si ma mémoire est bonne), ce dernier n’a pas du tout compris la réaction de sa mère. Pour lui, un président noir n’avait rien d’exceptionnel.

— Alors qu’elle n’avait pas encore été castée pour Empire, Taraji a soumis à Lee l’idée de prendre Terrence Howard, Lucious dans la série. Au départ, Wesley Snipes était pressenti pour ce rôle.

— Dans la saison 2 d’Empire sera expliquée la façon dont Cookie a fini en prison.

 

— Une question sur la différence en termes d’interprétation entre Person Of Interest, où Henson jouait le lieutenant Carter, et Empire a été posée. Pour Taraji, Person Of Interest était plus structurée : le jeu devait rester cohérent avec le ton de la série ; tandis qu’avec Empire, les acteurs ont plus d’espace pour proposer leurs apports.

— Daniels et Henson travaillent de nouveau ensemble sur un projet de long-métrage avec Eddie Murphy.

 

DSC02897

 

A lire également sur Séries Mania S6 : GallipoliTellusWeb séries

Tous les articles de cette saison et des précédentes

 

Sériecalement vôtre,

VK