30 juil. 12

NCIS : LOS ANGELES, 3*16 & 3*17, "Blye, K"

The Blyes’ secrets…

 

(diff fr)

 

Kensi 1

 

Un double épisode intéressant sur le personnage de Kensi Blye. On découvrait, en même temps que l’héroïne, la vérité sur son père, son unité spéciale, sa relation avec Granger. On apprenait la raison de la venue à Los Angeles de Granger, à savoir enquêter sur la mort des anciens coéquipiers du père de Kensi, jusqu’au point de la soupçonner ! Un chapitre amplement centré sur l’agent Blye, ce qui fut agréable à suivre et qui permettait de se changer de l’éternelle vie mystérieuse de Callen.

 

Par contre, le départ de l’intrigue ne fut pas sensationnel. La première partie était moins palpitante que la seconde partie. Dans la première, Kensi avait l’air de tourner en rond, de ne pas faire grand-chose à part rester dans la salle d’interrogatoire et dans la chambre d’hôtel, jusqu’au moment où elle s’en échappe, mais c’est bien l’une des rares fois où elle faisait vraiment quelque chose par elle-même. A noter une ambiance rendez-vous secret avec Hetty digne d’un film d’espionnage. Kensi était beaucoup plus active, entreprenante, déterminée et enragée dans la deuxième partie. D’ailleurs, le second volet nous offrit une excellente bagarre entre Kensi et Clairmont. A côté de l’action, cet épisode nous montrait une Kensi sensible, secouée par la vérité, gênée vis-à-vis de sa mère et regrettant son attitude passée envers sa elle. On voyait Kensi sous ses deux jours : la Kensi en mode warrior qui n’a peur de rien et la Kensi dans l’émotion et la nostalgie. Deux belles facettes de la jeune femme qui changeaient du simple côté agent fédéral du NCIS. Deux belles scènes de celle-ci à la plage et avec sa mère. On notait également une très belle complicité avec Deeks, ne manquant toujours pas d’humour, et si d’habitude ses remarques ont le don d’exaspérer Kensi, en ces circonstances, ils lui apportent le sourire, un moment de pause dans toute cette confusion. J’ai adoré la réplique de Deeks dans le premier volet sur le fait qu’il devait dire un truc hyper profond sur la vie et qu’il lit finalement sur son papier « tout ira bien » (ou une courte phrase de ce genre). Ils forment un beau duo et on remarque que Deeks connait sa coéquipière par cœur, cf. le passage avec le mot de passe. C’est à la fois touchant et admirable qu’il se préoccupe d’elle, qu’il y ait un lien profond entre eux, mais en même temps un peu flippant, vu que Deeks en vient jusqu’à deviner en un seul coup le mot de passe ! En ce qui concerne Sam et Callen, ils avaient l’air un peu plus éloignés de Kensi par rapport à Deeks. Il y avait comme une certaine distance entre eux, quand bien même ils se connaissent depuis plus longtemps (par rapport à Deeks). Malgré tout, Callen et Hanna sont là pour innocenter Kensi et la sortir de sa situation étriquée.

 

kensi 2

 

Le deuxième volet était nettement plus relevé et intéressant que le premier, et même que j’avais l’impression que Kensi était beaucoup plus mise en valeur dans le deuxième, le premier étant principalement centré sur l’enquête, les pistes autour de la mort de l’unité du père de Kensi. J’ai aussi aimé l’attitude de Granger. Même si au début, il pense que Kensi est la meurtrière, il ne se montre pas totalement borné au point de vouloir absolument ne retenir que cette hypothèse et rejeter toutes les autres. Il s’appuie au début sur des indices, des coïncidences troublantes qui l’amènent logiquement à s’intéresser à Kensi, mais sans pour autant s’acharner corps et âme à la faire couler coûte que coûte. Il reste stoïque (tout en entretenant un certain mystère autour de lui), et ensuite, au fur et à mesure de l’enquête et des nouvelles informations, il accepte sans rechigner les faits. Exit Granger, il y a cependant un détail qui m’a perturbée dans la seconde partie : comment se fait-il que Kensi et Deeks discutent tranquillement dans la maison de la mère de Kensi sans que celle-ci ne s’en aperçoive ? J’adore comment Kensi et Deeks entrent dans le garage l’air de rien et papotent comme s’ils papotaient au bureau et qu’ils ne sont pas surpris… Il y a aussi NeIl en mode agent de terrain qui m’a surprise. Habituée à la voir au centre des opérations avec un clavier, j’étais un peu étonnée de la voir sur le terrain et dégainer une arme… Enfin, j’ajouterai l’histoire de Clairmont qui ne sait pas vraiment se faire discret après sa « mort ». A sa place, après avoir simulé mon décès, j’irais me réfugier dans un autre pays, ou si cela n’est pas possible, j’irais me planquer dans une ville et y exercerais un métier qui ne m’expose pas trop, du style emploi de bureau. Or, lui, il se fait engager par une grande société et réalise des missions d’envergure non négligeable qui l’amènent à se déplacer avec son équipe… Donc niveau discrétion, c’est pas vraiment l’idéal… Alors oui, c’est un militaire et donc un homme d’action, mais voilà, quand on veut que tout le monde croie qu’on est mort, il faut savoir dire adieu à certaines choses… A part quelques détails, cette histoire fut bien intéressante.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 15:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


20 juil. 12

CROSSOVER NCIS / Hawaii Five-O

Lire l’article dans la catégorie Hawaii Five-0 (vendredi 20 Juillet 2012).

 

Posté par VK Serie à 17:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

CROSSOVER HAWAII FIVE-0, 2*21 “Pa Make Loa” / NCIS : LOS ANGELES, 3*21 “Touch of Death”

A la recherche des fioles perdues…

 

(diffusion fr)

 

crossover 1

 

Ce crossover fut excellent. Notamment au niveau de l’intrigue qui proposait une succession de pistes, rebondissements, courses-poursuites, fusillades et moments d’humour, le tout articulé autour d’une situation extrêmement sensible et urgente, accentuée par une menace virologique à échelle planétaire. Ce crossover ne manquait pas de qualité. Il y avait un bon équilibre entre les protagonistes qui ne se marchaient pas l’un sur l’autre, ce qui était agréable. Certes, Danny, Chin, Callen et Sam étaient plus visibles en termes de présence car ils participaient aux deux épisodes constituant le crossover, mais leurs collègues n’en étaient pas moins aussi actifs dans leur épisode respectif (sauf peut-être Kono que j’ai trouvée plus fade que d’habitude). Le suspens sur les fioles de variole était bien entretenu, entre les croyances des héros à avoir enfin mis la main sur ces dangereuses doses suivies de déceptions et craintes en découvrant que les capsules ne refermaient en aucun cas ce virus. Vraiment, il y avait du rythme et l’intrigue de faiblissait pas. J’ai vraiment apprécié ce crossover entre ces deux séries qui, malgré leur univers différent, ont réussi avec brio à s’associer sans s’exclure. Au départ, j’avais quelques doutes. En effet, je voyais mal comment une enquête à Hawaii pouvait impliquer des agents fédéraux du NCIS de Los Angeles, sachant surtout que le NCIS est plutôt orienté vers les crimes commis dans la marine américaine et la lutte contre les menaces terroristes, alors que le 5-0 s’occupe de résoudre des affaires criminelles touchant les civils (sauf exception). Ces deux séries divergeaient non seulement par leur localisation géographique, mais aussi par la nature de leurs missions, même si elles pouvaient être rattachées aux cop shows. Malgré ces différences, l’intrigue proposée fut intéressante et logique pour l’association des deux univers. Donc je suis sortie satisfaite de ces deux chapitres.

 

crossover 2

 

La deuxième partie, quant à elle, fut davantage marquée par l’humour. Je n’arrête pas de le répéter, mais j’adore les moments de légèreté dans NCIS LA. Par contre, dans ce cas, bien que je me sois délectée de ces pauses, j’ai trouvé qu’elles étaient beaucoup trop nombreuses. J’avais l’impression qu’il fallait qu’il y ait un peu d’humour toutes les deux scènes. Certes, il en faut pour détendre l’atmosphère, mais étant donné le caractère particulièrement redoutable de l’affaire en question, ce trop plein de vannes finissait par nuire un peu à la qualité de l’intrigue et creuser un trop grand décalage incongru entre la dangerosité de la situation et ces vannes. Heureusement que le second volet ne durait que 42 minutes, car s’il avait continué avec ce rythme effréné de blagues lancées à foison, j’aurais fini par être lassée. Malgré tout, j’ai bien rigolé à l’imitation de Kensi et sa queue de cheval par Deeks (inoubliable et tellement bien fait par Deeks) et le combat à qui lancera la meilleure pique entre Deeks et Danny (d’ailleurs, ces deux flics formeraient un super duo). Je pense que seuls ces deux moments auraient du être gardés pour l’épisode, les autres étant moins drôles et trop nombreux (certains ne faisaient qu’alourdir l’épisode, en fin de compte). A la limite, ces deux instants pouvaient être accompagnés par une ou maximum deux autres touches d’humour. Au-delà, c’en était trop. Hormis ce détail, ce crossover fut une réussite.

 

Pour finir :

Mes + : L’idée du crossover entre les deux séries/ L’intrigue et ses rebondissements

Mes - : Un humour un peu trop répétitif dans la seconde partie (épisode NCIS)

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK

12 juil. 12

NCIS : LOS ANGELES, EPISODES 3*11-3*14, “HIGHER POWER”-“PARTNERS”

Ce que j’en ai pensé…

 

(diffusion fr)

 

L’humour est toujours au rendez-vous dans NCIS, et c’est ce qui fait qu’on arrive à suivre les épisodes quand bien même ils ne sont pas les plus percutants au point de rester dans les annales du show. Que ce soit avec la course désespérée de Sam pour acheter un poney (le jouet, pas l’animal grandeur nature), les petites piques entres Kensi et Marty, et les répliques de Hetty, l’humour est toujours présent et bien dosé. La contradiction entre la carrure de Sam et son passé de Navy SEAL et son envie enfantine de se procureur le jouet coûte que coûte m’ont bien fait sourire. La question de Deeks à Kensi sur le chromosome Y (parmi d’autres vannes) également, tout comme la jalousie d’Eric envers Nell lorsqu’elle est amenée à effectuer une mission sous couverture. Voilà ce que je retiendrai de ces différents volets.

 

Il y avait pas mal de recours à des couvertures également, mais je déplore que ces utilisations de fausses identités ne soient qu’une petite étape pour faire progresser l’enquête. En fait, elles ne sont qu’un prétexte pour prouver que le NCIS de Los Angeles est bien spécialisé dans les couvertures. Seulement, c’est dommage de ne pas creuser le sujet et de se contenter d’une ou deux scènes dans laquelle un des agents se fait passer pour telle ou telle personne uniquement dans le but de placer un mouchard dans la salle des serveurs d’une société soupçonnée d’actes illégaux, comme dans l’épisode « Exit Strategy », par exemple. De même, la couverture de Kensi dans « Higher Power » auprès des étudiants et celle de Nell dans « The Watchers » étaient, en fin de compte, peu intéressantes. J’avais espéré voir Kensi évoluer véritablement dans le milieu universitaire, et Nell dans le bureau et flirter avec le collègue, mais non, il n’en fut rien. A peine Kensi se présentait-elle aux étudiants que quelques scènes plus tard, on la voyait déjà investir le domicile de l’un d’entre eux arme au poing et révéler sa véritable identité. Quant à Nell, ma foi, on ne l’a pas vraiment vue faire grand-chose, à part ranger des dossiers. J’aurai voulu voir une véritable mission sous couverture digne de ce nom.

 

Pour l’épisode « Partners », le NCIS avait décidé de se la jouer psychologique avec les interrogatoires séparés des deux agents du DSS (ce qui m’a permis de découvrir l’existence du DSS). Si au départ, ce changement de registre amputé de courses-poursuites et explosions en tout genre était prometteur et permettait de casser un peu les codes de la série pour proposer quelque chose de différent, cela a fini par me lasser vers le milieu de l’épisode. Heureusement que le duo Kensi/Marty connaissait les meilleurs moments et apportait la touche action du show sinon je passais directement à la case dodo. A l’inverse, le côté émotion et investissement personnel de « Exit Strategy » a plus attiré mon attention. On y voyait Sam Hanna assumant ses responsabilités vis-à-vis de Jada tout en s’éloignant du simple mobile de vengeance du frère de Jada.  Ce changement de piste était bien trouvé. Enfin, l’arrivée du directeur assistant Granger m’a complètement rendue indifférente. Plus précisément, le personnage est venu dans la série comme un cheveu sur la soupe et on ne sait presque rien de lui. Il se pose tranquillement, puis part avant de revenir. J’aurai plus envie de dire « WTF ?!? » qu’autre chose. Ce nouveau est sûrement présent pour créer une nouvelle dynamique, mais personnellement, je n’accroche pas. Surtout, j’ai plus l’impression qu’il fait office de décor, malgré son poste. Enfin, attendons de voir ce que la suite nous réserve…

 

Pour finir :

Mes + : L’humour/ L’ambiance de Noel de l’épisode « Higher Power »

Mes - : Des missions sous couverture peu exploitées

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement Vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 14:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juin 12

NCIS : LOS ANGELES, EPISODE 3*10, "THE DEBT"

Ce que j’en ai pensé…


(diffusion fr)

 

NCIS the debt 1


Très bon épisode, centré sur Deeks et le duo Kensi/Deeks. Cet épisode démarrait sur les chapeaux de roue et amenait Deeks à tirer, au cours d’une mission conjointe entre police de Los Angeles et le NCIS, sur un suspect… non armé. Evidemment, cet incident jetait de l’huile sur le feu entre police de LA et NCIS (car l’opération se soldait par un échec), et plus grave, Deeks se retrouvait sous le joug des affaires internes ! Autant dire que la situation s’annonçait bien délicate pour le jeune blond. Et NCIS a réussi à nous embarquer sur une piste pour la brouiller et poser un judicieux retournement de situation, dans la mesure où tout avait été manigancé par le NCIS pour découvrir la taupe sévissant dans les rangs des forces de l’ordre. C’était, ma foi, bien trouvé, et surtout, bien amené. Je ne l’ai pas ressenti comme quelque chose qu’on pouvait déjà prévoir dès le début (mais autre possibilité : je suis trop naïve, mais ça, c’est un autre problème).


Au départ, j’avais été un peu choquée par le peu de réaction de Sam et Callen face à l’annonce du renvoi de Deeks et de l’enquête qui allait être menée sur lui par les affaires internes. Certes, les trois hommes n’étaient pas très proches, mais cette attitude molle des deux agents fédéraux m’agaçait… Avant d’en comprendre la véritable raison (c’était une tactique). Ce qui m’a le plus intéressée, c’était de voir une Kensi, alias la femme forte capable de tout endurer (la « warrior »), presqu’effondrée de perdre son coéquipier. Il existe une très belle complicité entre ces deux personnages, même s’ils passent le plus clair de leur temps à se chamailler (dans la bonne humeur). D’ailleurs je préfère ce duo à celui Callen/Hannah. Par contre, j’ai été gênée par leur discussion autour du « truc dont il faut parler ». Ce fameux « truc » avait un arrière goût d’aveu d’amour, et personnellement, je n’ai pas envie que Kensi et Deeks forment un couple (pour l’instant, en tout cas). Je trouve leur dynamique amicale bien comme elle est. On sent qu’ils ressentent quelque chose l’un pour l’autre, mais je le vois plus comme un profond respect, une grande amitié, une relation de fraternité.


En parallèle, l’intrigue nous emportait sur différentes pistes et réussissait à nous embrouiller sur les divers suspects présentés et à nous faire nous demander qui était la taupe. La vérité sur le plan fomenté par le NCIS pour découvrir la taupe était intéressante : elle permettait à l’épisode de prendre une autre tournure au lieu de se continuer sur une investigation des affaires internes et l’abandon des charges contre Deeks à la fin du volet (ou non). J’ai aussi bien aimé le fait que Deeks ait caché cette opération à Kensi, dans l’optique de la protéger, quoique Kensi ne soit pas le genre de femme qui a besoin d’être protégée. Mais ce fait prouve que Deeks tient beaucoup à Kensi. La colère de cette dernière, son sentiment de trahison en devenait compréhensible et touchant, et j’ai bien souri à sa réplique dans la voiture : « je peux te trancher la jugulaire de onze façons différentes ». Par contre, j’ai trouvé la ficelle « la taupe est le flic des affaires internes » bien grosse et redondante. On a déjà vu cette conclusion dans d’autres programmes, et je trouve dommage que NCIS ait choisi de poursuivre sur cette voie. Il aurait été plus subtil de proposer un autre coupable, au lieu de suggérer la même image sempiternelle du flic des affaires internes cherchant des poux à tous les autres flics du terrain, leur faisant la morale pour, finalement, cacher ses propres vices (faîtes ce que je dis, pas ce que je fais). C’est un raccourci peu intéressant et qui me fait éprouver un peu de peine pour ces policiers des affaires internes qui ne sont presque jamais montrés sous le meilleur jour. En effet, ce sont, en général, des donneurs de leçons qui mettent des bâtons dans les roues des vrais flics qui risquent leur vie alors qu’ils sont loin d’être aussi irréprochables. Je pense en effet que leur boulot ne doit pas être un long fleuve tranquille : eux aussi sont des flics, sauf qu’ils ne mènent pas les mêmes investigations que les autres flics de la criminelle, de la brigade des stups ou autre. Et ça ne doit pas être facile de faire son boulot en sachant que vos confrères des autres services ne vous portent pas vraiment dans leur cœur… Ne vous méprenez pas, mon intention n’est pas de faire des leçons de morale. Je ne connais rien au monde des forces de l’ordre. Je ne fais simplement que constater que ces policiers des affaires internes sont souvent malmenés à l’écran et il y a trop peu de séries ou films qui essaient de se placer de leur point de vue.


Pour en revenir à notre sujet principal, à savoir le coupable : c’était intelligent de ne pas faire porter le chapeau au chef de la police, parce que le chef, tout propre sur lui en apparence, alors qu’en vérité, il transgresse allègrement la loi et trompe son monde en abusant de sa position, c’est aussi du déjà vu. Même principe avec l’enquêteur des affaires internes, choix qui a été retenu en fin de compte. Par conséquent, j’aurai préféré que la taupe soit la femme de l’hôtel, par exemple (ou un nouveau personnage). Mais je dois reconnaître à NCIS cette bonne idée de donner quelques pistes sur les raisons des agissements du coupable, au lieu de boucler la boucle rapidement en disant « c’est lui le méchant, point final ».


Pour finir :
Mes + : Le rebondissement de situation/ La relation entre Kensi et Deeks
Mes - : Le raccourci sur l’identité du vrai coupable, sentiment de déjà vu


Et vous, qu’en avez-vous pensé ?


Sériecalement vôtre,
VK

Posté par VK Serie à 14:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

31 mai 12

NCIS : LOS ANGELES, EPISODE 3*04, “DEADLINE”

Ce que j'en ai pensé...


(diffusion française)


Je retiendrai de cet épisode la révélation d'Hetty à Callen. Enfin Callen a des réponses sur son passé. Tout n'est pas résolu, mais maintenant, il sait qui était sa mère et le prénom de son grand-père, à savoir Georges. Le pauvre, il avait bien mérité ces explications. On en apprenait par la même occasion quel rôle avait joué Hetty dans la vie des Callen, et plus exactement dans la vie de la mère de Callen. On sentait un Callen soulagé, ému de connaître la vérité après tant d'années d'interrogation et de recherche et qui évacuait toute cette tension, frustration et colère peut-être dans la salle de sport. J'ai apprécié connaître ces éléments de vie dès cet épisode, au lieu d'attendre encore et encore avant d'avoir un début de réponses. C'est vrai que le mystère sur le passé de Callen dure depuis les origines la série, mais c'est agréable d'avoir de temps à autre des réponses, après une suite d'éléments ajoutant du mystère au mystère original. Cependant, je souhaiterais que les autres personnages aient eux aussi une intrigue sur fond de mystère. Que cela ne soit pas exclusivement réservé à Callen.

Je retiendrai également de ce volet Deeks et son chien. J'adore ce personnage. Il est drôle (mais je ne ressens jamais de lourdeur dans son attitude désinvolte, ce qui me plaît), un peu enfantin par moments. Il se chamaille avec Kensi, mais c'est toujours dans la bonne humeur. Je préfère même le duo Kensi/Marty à Callen/Sam. Je ne sais pas pourquoi, il y a un truc qui se dégage du premier tandem et qui me parle plus que le second. Deeks et Blye forment un beau couple... de travail, je précise, sait-on jamais. Après, est-ce qu'un couple amoureux marcherait ? Pour être franche, je n'en ai pas envie. Ils sont bien comme ils sont, j'aime leur complicité, leur relation en chien/chat. Et puis on a déjà assez de ship dans d'autres séries. D'ailleurs, pourquoi faut-il toujours envisager un ship entre un héros et une héroïne qui sont coéquipiers ? Bref, les scènes avec le chien étaient hilarantes. Surtout celle avec la radio branchée sur la station médicale sortant des descriptions peu réjouissantes. Il y avait un super décalage humoristique entre le chien et le discours proposé par la radio. Et que dire de Sam qui ne supporte pas le chien au départ ? Ces scènes étaient bien sympathiques.

Pour finir :
Mes + : Les révélations d'Hetty à Callen/ Les scènes avec le chien de Deeks
Mes - : Aucun

Et vous, qu'en avez-vous pensé ?

Sériecalement vôtre,

VK

Posté par VK Serie à 14:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,