hannibal

Synopsis : L’exploration de la relation entre Hannibal Lecter et Will Graham…

 

Le pilote de Hannibal est une réussite de par sa mise en scène et l’introduction des deux personnalités troublantes que sont Lecter et Graham. L’aspect meurtres en série n’est pas négligé, mais il est dépassé par les deux éléments ci-dessus qui sont les plus captivants. La première scène fascine et nous plonge tout de suite dans l’ambiance. Une ambiance violente, sanglante, cauchemardesque, irréelle. On est immédiatement happé par la noirceur qui se dégage. Cette ambiance se prolonge efficacement tout au long de l’épisode. Les flashs, les rewind, les « mises en situation » de Graham nous donnent l’impression d’y être, de courir apeuré en cherchant une issue de secours qui finit toujours en cul de sac. Graham et Lecter contribuent à cette atmosphère par leur solitude, leur intelligence, leur complexité. Pour Lecter, on peut ajouter son élégance froide. L’adjectif froide n’est, ici, pas péjoratif. Mads Mikkelsen est parfait pour le rôle de Lecter. Distingué, soigné, stoïque, il dégage une aura qui le rend énigmatique. Graham, quant à lui, est tout aussi mystérieux, mais je le qualifierai plutôt d’atypique. Atypique dans sa façon d’analyser, dans son comportement. C’est le type de personnage qui va agir de façon bizarre selon le point de vue des autres et attirer les regards interrogateurs, tandis que Lecter va plutôt être au-dessus de tout soupçon, être respecté. On a l’impression que le don d’empathie de Will est parfois plus une malédiction qu’un don, et que cette caractéristique peut le faire basculer tout à coup dans la folie. Son interprète, Hugh Dancy, a vraiment la gueule de ce genre de personnage.

Hannibal est un très bon pilote, sombre et violent. Beau pari pour un network.

 

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

 

Sériecalement vôtre,

VK